Les blessures du passé

de
Lisa Kleypas
Edition : J’ai Lu
Collection : Aventures et passions
Réédition le 4 avril 2012
Première
incursion dans le monde de Lisa Kleypas avec ce livre «  Les blessures du
passé ».
J’avais
lu beaucoup d’avis positifs sur l’auteure et quand ce tome est sorti début avril
je me suis lancée dans sa lecture.  
Je ne
regrette absolument pas mon choix et preuve je viens de commander les
autres livres de cette dame que je n’avais pas encore. (« Les Hathaway »
m’attendent bien sagement dans ma Pal.)
Ce
roman est l’histoire d’amour entre Aline, fille du comte de Westcliff et
McKenna le garçon d’écurie. Romance impossible à l’époque (XIXème siècle), ils se sépareront
dans la souffrance. Des années plus tard nos deux héros se retrouveront mais
les blessures du passé ne seront-elles pas trop profondes ?
Arriveront-ils à surmonter leurs différences ? C’est ce que je vous invite
à découvrir !
La
plume de Lisa Kleypas ne se contente pas d’être romantique (sans pour autant
tomber dans la niaiserie), elle est poétique, tous les sentiments, bons ou
mauvais sont décrits avec pudeur, romantisme et délicatesse. C’est un livre
sensuel, passionnant, beau à souhait.
Les
personnages sont très attachants.  Aline
est touchante autant dans sa vulnérabilité que dans son rôle de dame de la
haute société, on ne peut que l’aimer. McKenna, personnage meurtri depuis sa
plus tendre enfance, s’est forgé une carapace de froideur mais ce n’est qu’apparence
on l’aime, on le déteste, on le comprend. Ces deux-là forment un couple des
plus captivants.
Les
personnages secondaires ont eux aussi leur importance. Olivia, la sœur d’Aline, Marcus leur frère, Gédéon
Snow, New-Yorkais en visite pour affaire au domaine des Westcliff, Madame
Faircloth la gouvernante. 
Les personnages antipathiques sont présents eux aussi
(le père d’Aline, la sœur de Gideon), le contraste entre les protagonistes est
parfaitement maîtrisé et amène rythme au roman. Il n’y a aucun temps mort.
Lisa kleypas maîtrise son
roman, rien n’est écrit au hasard, tout se lie, elle nous tient en haleine du
début jusqu’à la dernière page du livre. 
 Des passages décadents, des extraits tendres, des
morceaux d’émotion nous amène des larmes à la joie, de la tristesse à la
colère, nous passons par les mêmes tourments que nos personnages.
Sans toutefois être une histoire
originale, c’est quand même un roman inoubliable. Un pur moment de plaisir à
déguster sans limite !
Ce livre est à lire juste
avant « la ronde des saisons » du même auteur, il pourrait s’apparenter
à un prélude.


A bientôt avec ma chronique des deux tomes du « Cycle des âmes déchues » de Stéphane Soutoul 

0