La saga des Bedwyn, tome 2 : rêve éveillé

De Mary Balogh
Romance historique
376 pages, 6.90 €
Édition J’ai Lu, Collection aventures et passion, 6 novembre 2013
Dans la diligence qui l’emmène chez sa tante, la sage Judith échappe à
son avenir tout tracé de parente pauvre en rêvant qu’elle est enlevée par un
bandit de grand chemin. Or, la voiture verse dans le fossé et Judith est sauvée
par un beau cavalier qui dit s’appeler Ralf. Grisée par l’aventure, elle se
prétend actrice et, lors d’une nuit d’ivresse, s’abandonne dans ses bras. Puis
la réalité reprend son cours. Parvenue chez sa tante, Judith fait connaissance
du fiancé de sa cousine. Un certain Lord Rannulf Bedwyn. Qu’elle reconnaît au
premier regard…
Pour ce tome nous allons faire la connaissance de Rannulf, comme je vous
le disais dans l’article précédent, et de Judith Law.
Il est inutile que je rajoute quoi que ce soit au synopsis, il vous
dévoile l’essentiel de l’intrigue.
Comme pour le tome précédent j’ai tout autant aimé ce second opus, pour
les mêmes raisons, Mary Balogh construit des personnages intéressants que l’on
prend vraiment plaisir à suivre.
Ces deux-là m’ont fait vibrer dès le début du livre et j’étais
impatiente de connaître le dénouement.
L’histoire en elle-même est basique, rien de très original, mais je me
suis complètement laissé embarqué.
 
Judith est, tout comme Ève, un personnage
qu’on ne peut qu’aimer
, elle s’est résignée à sa condition, accepte tout ce que
sa tante lui ordonne (cette tante qu’est-ce que je l’ai détesté ! et
Judith j’ai eu envie de la secouer ^^
) porte ces affreux bonnets et robes
informes, mais sous cet accoutrement se cache une jeune femme au tempérament de
feu, vive et intelligente,
jolie même si on lui rabat depuis son plus jeune âge
que ce n’est pas le cas. Rannulf doit épouser sa cousine et elle ne fera rien
pour se mettre en travers, elle vibre pour lui, mais chérit les quelques heures
qu’ils ont passés ensemble comme un trésor qu’elle gardera toute sa vie.
Rannulf, lui, a promis à sa grand-mère de courtiser Lady Julianne, chez
les Bedwyn on prend son devoir au sérieux même si cela va à l’encontre de ses
sentiments, il ne coupera pas à la règle.
Judith et Rannulf sont tombés amoureux, mais ni l’un ni l’autre ne se
l’avoue, ils veulent garder leur rang.
Mary Balogh nous entraîne une fois de plus dans un véritable page
turner, on veut savoir s’ils vont finir ensemble ou pas, si Rannulf finira par
avouer à Judith qu’il l’aime et si Judith l’acceptera ce qui n’est pas du tout
certain… .
Même si j’ai préféré le premier tome, (notamment entre autre à cause du final qui m’a moins convaincu) j’ai aussi passé un très bon
moment de lecture avec cet opus-ci, si je l’ai moins apprécié c’est sans doute aussi à cause des personnages, j’ai beaucoup aimé les 2 héros et leurs grands-mères,
mais j’ai détesté les bourgeois qui gravitent autour, des personnages
détestables, sournois, cupides.
À la fin du livre, on retrouve le clan Bedwyn et ce fut un vrai
plaisir !

Mary Balogh joue avec nos nerfs jusqu’à la fin, je ne peux pas trop vous
en dévoiler, mais quand on pense que, ça y est Judith et Rannulf vont être
réunis, un rebondissement arrive… .
Le frère aîné des Bedwyn, le Duc Bewcastle, prend une plus grande place
dans cet opus, on apprend à le connaître davantage et j’ai vraiment hâte de
lire le tome qui lui sera consacré
, vous l’aurez compris, je suis conquise par
cette famille des Bedwyn.
On retrouve avec joie la plume de l’auteure, toujours avec cette fluidité, ces personnages bien construits et ces traits d’humour. 
Une très jolie romance, originale, une héroïne attachante, un clan qu’on
apprend à connaître, je vous conseille vraiment cette
saga de Mary Balogh.

Le prochain tome, « fausses fiançailles » sort le 22
janvier 2014
, je vous retrouve dès que je l’ai lu avec ma chronique 🙂
La saga des Bewyn, tome 3 : fausses fiançailles
0