Comme tu le sais mes lectures se suivent, mais elles ne se ressemblent pas, aujourd’hui je te propose une chronique d’une romance New adult, d’une auteure française dont j’aime tellement la plume et ce qu’elle en dégage.
Le premier tome avait été un gros coup de cœur Mila et Boby m’avaient tous deux marqué, la preuve je ne les ai pas oubliés et ils figurent tous deux dans mon carnet des book boyfriend et des book girlfriend.
Si j’ai été ravie de retrouver Jane et son univers, j’ai un peu moins accroché à Mélanie et Diego, cela reste une très bonne lecture, la psychologie des personnages est un peu moins poussée.
Vraiment si tu ne connais pas l’écriture de Jane Devreaux je te conseille de la découvrir.
J’aime sa manière d’aborder des sujets de société ; que ses héros ne se tombent pas dessus immédiatement et qu’elle puisse mettre en mot les émotions, fortes, que tu ressens comme ses personnages.
En fait, c’est cela, elle écrit ses mots comme des notes d’une partition de musique, une note séparée ne donnera rien, mais assemblée et jouée correctement tu seras emportée dans tes pensées.
Un soir Mélanie aperçoit de la lumière dans la cuisine alors que ses parents sont sortis, malgré sa peur elle pénètre dans la pièce prête à assommer l’inconnu avec sa batte de base-ball.
Cet inconnu c’est Diego, il est à la recherche de nourriture. SDF, il vient d’arriver à Boston.
Mélanie n’a pas le cœur à le dénoncer, entre eux une routine s’installe, elle lui prépare petit déjeuner et souper chaque jour.
Elle offre à Diego un répit durant ses longues journées, seul, sans domicile ni le minimum vital.
Un soir, les parents de Mélanie, Louise et Andrew découvrent le pot aux roses, au lieu de jeter le garçon à la rue ils vont au contraire l’aider.
Ils vont lui proposer de vive avec eux en attendant des papiers.
Diego pourra suivre des cours, jouer au rugby en compagnie de Boby, Luke avec leur coach Andrew.
Tu te doutes bien qu’en lisant une romance new adult il y aura forcément de l’amour dans ce roman.
Mélanie et Diego s’aiment ; deux aimants qui s’attirent et se repoussent sans cesse.
Si Mélanie souffre de la situation, que Diego accumule les conquêtes, elle reste malgré tout son amie.
Diego cache beaucoup de choses à Mélanie, mais pas pour se protéger lui, pour la protéger elle.
Elle ne sait pas que le plus dangereux des prédateurs revêt le plus doux des visages, que les bonnes intentions cachent les pires chantages qu’il puisse exister.
Diego vit avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête, mais il est prêt à tout assumer, à tout accepter pour le bonheur de son soleil… même si elle s’apprête à épouser un autre que lui.
Comme je te le dis plus haut tu retrouves des protagonistes du premier tome lors du lycée et un peu plus tard dans leur vie adulte, le tome deux n’est pas vraiment chronologique au premier opus. Je dirais qu’il se passe au 3/4 du livre consacré à Boby.
Je n’en suis pas certaine, c’est un point qui m’a un peu déstabilisée, mais rien de grave, ce n’est qu’un détail qui ne m’a pas empêché d’apprécier cette histoire
Les personnages principaux sont bien sûr Mélanie et Diego, mais aussi Luke, son premier petit ami et Rachel, sa meilleure amie.
La mère de Mélanie est conseillère d’orientation au lycée et son père coach de l’équipe de Rugby, elle pense que c’est pour cette raison qu’elle est souvent seule, que les autres élèves la tiennent à distance.
Elle en souffre, mais que faire ? Elle aime son père (et moi aussi j’ai adoré ce papa) par contre ses relations avec sa mère sont très tendues.
« Ta famille est ta force, mais la mienne est ma faiblesse. »
Mélanie a le cœur sur la main, c’est une artiste, elle passe des heures à dessiner… Diego.
Naïve, elle ne voit pas ce qui se joue devant ses yeux, mais ce n’est pas moi qui lui jetterais la pierre ; c’est comme ça quand on ne peut percevoir la méchanceté des autres, on ne s’imagine pas les vices et coups tordus quand jamais cela ne nous effleure l’esprit.
Sacrée tête de mule et butée, Diego va devoir faire ses preuves, essaye de ramasser les morceaux de son cœur éclaté en mille morceaux.
S’il réussit, ce sera deux cœurs qui barreront à l’unisson.
Diego, lui, il se sent indigne de Mélanie, il a honte de son passé et de ce qu’il a dû faire pour survivre dans la rue. Il n’a que peu d’estime pour lui, mais pour sa belle, tel un chevalier des temps modernes, il est prêt à endurer toutes les épreuves, à lui montrer qu’il vaut bien plus que ce qu’elle croit. Qu’il est prêt à gravir la plus haute des montagnes, pas à pas.
Pour elle, il a bossé dur, il s’est acharné pour améliorer sa situation.
Nos deux héros arriveront-ils à oublier le passé, à pardonner et tout recommencer ?
Je suis plus que ravie d’avoir retrouvé même pour quelques instants les personnages du tome 1, Maria, Mila, Boby, Josh, Sandre, Luke, Rosa et la petite Gaby.
J’espère que Rosa aura un rôle plus important dans la suite, l’histoire de cette mère et ce fils qui se sont perdu, qui se retrouvent, une fois son fils adulte, est très belle, j’aime cette femme, je l’admire pour tout ce qu’elle a accompli, elle a vaincu ses démons, je ne peux t’en dire plus sans te spoiler le tome 1
« je pensais que c’était le cas, mais je ne lui en veux pas. Elle a cru faire ce qui était le meilleur pour moi et elle s’est perdue en route, comme je me suis trouvé en partant la chercher. »
Jane Devreaux comme d’habitude crée des êtres torturés, par la vie ou psychologiquement. Le suspens et les rebondissements sont moins haletants dans ce tome, on devine assez vite qui est responsable de leur malheur ; le pourquoi là par contre je n’avais pas deviné.
Tu alternes les chapitres entre Diego et Mélanie, certains dans le passé, 6 ans plus tôt et d’autres maintenant te permettant de comprendre toute la complexité de leur histoire. Pour certains chapitres, c’est Luke qui prend la parole, lui aussi, tout comme Rachel, est victime de la même personne. Lui aussi comme Diego aime Mélanie.
C’est toujours aussi addictif même si je t’avoue que cet opus est un cran en dessous du premier ; il faut dire que Jane avait mis la barre très haute avec Boby, ne t’inquiète pas rien de grave, des héros moins attachants, et comme ils le sont moins j’ai ressenti quelques longueurs dans leur histoire.
Des thèmes moins passionnants, moins nombreux aussi, mais comme je te l’ai dit au début c’est une bonne lecture.
Je l’ai dit à l’auteure ; j’adore son écriture et puis elle ne peut pas nous créer des BBF à chaque livre, il faut en laisser aux autres auteures lol.
Je te retrouverai avec la suite que je veux lire.
Vraiment, je t’invite à découvrir l’auteure avec « Close-up » dont les tomes sont disponibles en poche maintenant et Stand out, tome 1 qui a été un gros coup de cœur.
Stand out, tome 2 : Diego de Jane Devreaux – New Adult – romance – 360 pages, 17€ – Édition Hugo, collection New romance, en librairie le 8 mars 2018
0