Quand tu liras cet article ; mon cher lecteur, il y aura 1 mois que j’ai lu ce splendide et bouleversant roman, le titre me promettait beaucoup (petite confidence le lilas est une de mes fleurs préférées), je me suis lancée dans l’épreuve non corrigée n’en sachant pas de trop à quoi m’attendre (comme toujours je nai pas lu le communiqué de presse avant ma lecture), quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu à la fin du livre que les personnages de ce roman ont réellement existé, certes c’est romancé, mais je n’en suis que plus bouleversée
J’ai adoré cette lecture.
L’histoire de 3 femmes qui n’ont a priori rien en commun. Caroline Ferriday la riche Américaine qui se dévoue corps et âmes aux œuvres caritatives pour aider les Français à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Kasia Kuzmerick ; la jeune fille de 16 ans, polonaise, qui aide comme elle peut son pays à résister contre l’envahisseur allemand et enfin Herta Oberheuser, médecin allemand dont le destin va l’amener à travailler au camp de concentration de Ravensbrück
Mon cher lecteur, ma chère lectrice, si tu as envie de lire un roman poignant, dur et émouvant sur le destin de trois femmes fortes, si tu as envie d’en savoir plus sur le destin assez méconnu du grand public de ces Polonais et Polonaises emmenés pour un oui ou pour un non dans ce camp surnommé à la base « camp de redressement » si tu as envie de lire comment et pourquoi cette Américaine Caroline Ferriday va aider et entrer dans la vie des deux autres femmes, si tu veux tenter de comprendre comment une femme jeune comme Herta a pu commettre de telles atrocités, ce livre est celui qu’il te faut.
Tu le sais, les livres sur la Seconde Guerre mondiale je les lis toujours, mais je suis à chaque fois peinée de voir combien de pays, de nations, de nationalités, de gens ont souffert, des épisodes dramatiques qui pour moi ont été passés sous silence. Pour nombre d’entre nous, si l’on parle de la Seconde Guerre mondiale on pense immédiatement aux soldats allemands, aux SS et aux sorts des juifs, mais combien d’atrocités ont été commises en dehors de cela ? (Qui était déjà suffisamment horrible !)
Je pense aussi que nous avons tous un devoir de mémoire, par mes grands-parents j’ai pu en apprendre un peu, mais nos enfants qui leur racontera ? Pour que jamais cela ne puisse recommencer !
Passons au livre.
Martha Ann Kelly nous raconte l’histoire de ces trois femmes en alternant les chapitres, tu te glisseras dans la peau de chacune d’elle puisque c’est raconté à la première personne.
On commence avec Caroline à l’ambassade de France à New York, elle aide les ressortissants français du pays et envoie des colis aux orphelins français, en 1938.
Ensuite, nous suivons Kasia, jeune adolescente à l’aube que l’Allemagne envahisse son pays, la Pologne et enfin Herta, son rêve être chirurgienne, avec la politique d’Hitler une femme n’est pas destinée à travailler à des postes importants, mais servir son pays en devenant une mère exemplaire.
Chacune des ces héroïnes ont en commun la détermination à accomplir le but qu’elles se sont fixé.
Caroline, ancienne actrice, la trentaine célibataire refuse de faire un mariage de raison, tant pis du qu’en-dira-t-on.
Elle ne ménage pas ses heures à travailler bénévolement au consulat français, sa mère et elle sont attachées à la France, elles y ont un appartement à Paris ; Kasia a des rêves plein la tête, amoureuse de Pietrick, elle le supplie de pouvoir l’aider dans la résistance qui s’est organisée, tandis que Herta veut pouvoir exercer sa profession de médecin surtout pour pouvoir subvenir au besoin de ses parents dans cette Allemagne où tout l’argent est envoyé pour l’effort de guerre.
Je ne vais pas trop te spolier, mais Kasia, sa mère et sa sœur Zuzanna vont être arrêtées et déportées à Ravensbrück, Caroline continuera ses œuvres de charité et sera bien malgré elle entraînée dans les tourments de la guerre en Europe quand son ami Paul Rodierre célèbre acteur sera lui aussi arrêté et déporté et enfin Herta, elle, acceptera un poste où elle pense pourvoir exercer la médecine au camp de Ravensbrück.
À un moment donné toutes les trois seront liées, mais il te faudra lire tout le livre pour comprendre comment et pourquoi, tu comprendras aussi pleinement le sens du titre en terminant le roman.
Que te dire sur les personnages si ce n’est qu’elles m’ont marquée en bien ou en mal.
Sans conteste, je me suis plus fortement attachée à Caroline et Kasia, comment pourrais-je adhérer au mal que Herta va faire ? Même si celle-ci n’a pas accepté le poste pour cela elle va quand même aider aux terribles opérations qui ont lieu à Ravensbrück.
Si tu ne le sais pas dans ce camp Himmler et d’autres médecins pratiquaient des expériences horribles sur des femmes polonaises, Kasia et sa sœur Zuzanna feront partie de ce qu’on appelle encore aujourd’hui « les lapins de Ravensbrück ».
Toutes les trois sont des personnages complexes qui vont évoluer au cours des 20 années durant lesquelles tu vas les suivre.
Tu seras ému, en colère, tu espéreras tu seras aussi ébahi par leur détermination à changer le cours des choses surtout deux d’entre elles, tu essayeras de comprendre Herta, car si horrible celui puisse de lire ceci, elle commet ces atrocités en pensant bien faire, jamais elle ne doutera du bien-fondé de ce que ses supérieurs lui disent.
Les passages concernant Kasia, Zuzanna, leur mère Matka, Alina et de tant d’autres de leurs compatriotes te soulèveront le cœur même si chaque fois l’espoir que tout cela cesse ressort des pages.
Tu seras aussi révoltée de lire le lavage de cerveau qu’Hitler a généré sur son pays et en particulier sur les femmes.
Non je n’excuserai pas Herta, cela m’est impossible, mais l’auteure va te permettre de comprendre son cheminement de vie et surtout te montrera la force de ces déportées qui ont eu pour certaines la force de pardonner alors que moi j’en suis incapable.
La romance entre Caroline et Pierre apporte une note de légèreté au roman, même si elle est tout à fait fictive elle permet de lier Caroline encore plus à la France.
Je ne saurais te nommer toutes les femmes qui m’ont émue, touchée, bouleversée, mais elles sont nombreuses.
Pour ce qui est de l’écriture, je ne peux pas dire qu’elle soit fluide, j’ai été parfois déstabilisée ne sachant plus à qui était consacré le chapitre surtout au début en particulier pour Kasia et Herta, malgré tout j’ai dévoré ce roman.
Un livre qui m’a marqué pour la résilience dont certaines sont capables, pour le pouvoir de l’amour qu’il soit entre homme et femme, mais aussi et surtout dans la famille, par la détermination à accomplir leur but au mépris du danger ou de la souffrance engendrés.
Découpé en trois parties tu liras comment Hitler a commencé à envahir petit à petit les territoires autour de l’Allemagne, ensuite en deuxième partie tu seras plongée en pleine guerre, avant et après que les États-Unis entre en guerre, et enfin la troisième partie te montre la reconstruction physique, mais surtout psychologique de tous ces gens traumatisés par ces 5 années de guerre, l’horreur pour ces Polonais qui ont quitté un dictateur pour un autre : Staline et son communisme.
J’ai adoré la dimension et l’exactitude historique du récit, de Paris à New York, de Berlin à la Pologne, tu liras quantité de faits historiques : la ligne Maginot, Pearl Harbor, la guerre froide, le communisme, l’ouverture des camps partout en Europe, la réaction des gens quand ils apprendront les atrocités commises ensuite et que certain encore aujourd’hui continue à nier l’existence.
Tu rencontreras aussi des gens célèbres comme Roosevelt ; Kennedy, sénateur à ce moment-là, Marylin Monroe, Jean Marais, Françoise Arnoul, Wallis Simpson duchesse de Windsor, Arthur Miller.
Des monuments connus comme le Lutetia, le Waldorf Astoria, le Rockefeller center
Inutile de te dire que la richesse du récit en plus de l’intrigue des intrigues est incroyable. Un travail de recherche titanesque qu’a accompli l’auteure.
Plus de 500 pages qui te résument ce qui s’est passé de 1938 à 1958
Un premier roman de début de cette nouvelle année qui la marquera sans aucun doute même si je l’ai lu en décembre 2017.
Je ne peux que te le recommander, une fabuleuse histoire, un magnifique et bouleversant roman que les éditions Charleston ont eu l’intelligence d’éditer en français.
Un roman qui te montre la force des femmes.
L’auteure Martha Hall Kelly écrit une nouvelle qui se passe juste avant ce roman, j’espère que je pourrai la lire un jour, car chacune de ces femmes m’a profondément marquée.
Quelques photos des véritables personnages que tu trouveras dans le roman
Caroline Ferriday
Herta Oberheuser
Kasia Kuzmerick
 
 
Les rescapées du camp que Caroline invitera à Noël chez elle en Amérique
 
 
Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux de Matha Ann Kelly – traduction de Géraldine Coff D. – roman historique – 576 pages, 22.50€ – Édition Charleston, en librairie le 9 janvier 2018
Lien vers la fiche du livre : ici 
 
0