Avant de vous parler du récit il faut que je vous parle de l’objet livre en lui-même, entre pages de carnet, timbres, photos ce livre est tout simplement déjà magnifique rien que sa richesse, bravo à l’équipe éditoriale et rédactionnelle.
Voici quelques photos pour que vous vous rendiez compte des photos, illustrations et mise en page du roman.

 

Si ce n’est pas un coup de cœur, ce n’est pas le livre de Victoria Hislop que j’ai préféré, ce livre est parfait pour les vacances ou pour les gens comme moi qui ne partent pas au soleil.

J’ai posé mes valises moi aussi à Athènes comme notre héroïne, j’étais tout comme A. (je ne vous dévoile son prénom je vous spolierai une partie de l’intrigue).
Tout commence à Londres, Ellie, trentenaire célibataire reçoit un jour une carte postale de Grèce, mais au nom mystérieux de S. Ibbotson, chaque jour elle en reçoit, elle les punaise sur son mur voulant apporter un peu de gaieté dans son appartement sombre.
Puis plus rien, Ellie se pose de plus en plus de questions sur ce mystérieux destinateur et sur le destinataire.
Sur un coup de tête, elle embarque pour un périple en Grèce voulant elle aussi découvrir par ses yeux ces lieux que A. décrit.
Le jour du départ, elle trouve un colis est dans sa boîte aux lettres, un carnet.
Par le biais de ce carnet qu’Ellie lit chaque soir, Victoria Hislop nous raconte l’histoire de la Grèce autant sa mythologie que les siècles précédents ou le présent.
A. relate dans son carnet les paysages qu’il traverse, les personnes qu’il rencontre et lui narrent des légendes ou des mythes, des faits qui se sont, qui se passent en Grèce (la guerre 40-45, l’économie, le 18e).
On en apprend tellement sur sa richesse culturelle, qu’architecturale que sur leurs rites et coutumes.
Ce qui est certain c’est qu’à travers ces lignes je suis tombée amoureuse du pays.
Victoria Hislop nous narre aussi la dette colossale du pays et les difficultés rencontrées par ses habitants.
Je dirais que dans un seul livre il y en a 3 : il y a l’histoire d’Ellie et le fil rouge qui la relie à A. Il y a les pages du carnet où nous suivons le périple de A. Et enfin les légendes et histoires racontées par le peuple de Grèce.
Un livre d’une richesse exceptionnelle, les Éditions Les Escales nous offre un merveilleux roman et objet livre.
Il m’a manqué un peu d’approfondissement sur la vie d’Ellie, car elle n’apparaît que très peu, un peu de romance aussi même si A. est un être profondément marqué par une rupture sentimentale en l’occurrence de S.Ibbotson dont Éllie a reçu le courrier sans jamais savoir qui il/elle était.
C’est le personnage, homme ou femme, je ne vous le dirai pas, qui m’a le plus ému, j’ai adoré le lire, l’auteure en fait un personnage vivant.
Victoria Hislop a un véritable don de conteuse, elle fournit ici un travail extraordinaire de recherches.
Tout au long du récit elle vous prend par la main et vous guide à travers ce magnifique pays, elle vous montre ses décors, ses lieux pittoresques, ses églises, ses édifices de l’antiquité, mais aussi ceux de maintenant.
Entre Road-Trip, roman historique et contemporain embarquez vous aussi pour Cartes postales de Grèce.

 

Dépaysement garanti même si vous le lisez comme moi depuis votre canapé.
Cartes postales de Grèce de Victoria Hislop – Edition Les Escales – Roman contemporain – 512 pages, 22,50€ – Paru le 4 mai 2017
0