Yoseï, le cadeau des fées 
de 

Alice Brière-Haquet et Shiitake

Album jeunesse/recueil de poésie
64 pages, 16.90€
Edition Nobi Nobi, mai 2013
Les fées sont partout. Partout autour de nous, dans le miracle du jour, de la nuit, et de nouveau du jour… Elles veillent précieusement sur la nature sous toutes ses formes. Mais leurs merveilles sont aussi EN nous. Ne l’avez-vous jamais senti ? Bien sûr que si. C’est cette envie de savoir, ou ce besoin de croire, ou encore ce moment de beauté qui vous a ému aux larmes. Nous sommes riches de tous ces trésors : la sagesse, l’inspiration, la fantaisie ou encore le courage… Et cela, ce sont les dons que les fées nous offrent en cadeau à notre naissance, et qui font de nous ce que nous sommes. Une fois ces graines distribuées, à nous de bien nous en occuper, de les arroser de larmes et de rires, pour qu’elles puissent fleurir notre vie !

Cet album est un vrai
bijou, un artbook magnifique !

Les poésies d’Alice
Brière-Hacquet mettent en évidence 5 thèmes : La création (avec La muse de la poésie, La fée de la
fantaisie, La dryade de la mélodie, La lutine du rythme) 
La raison (avec La princesse de la sagesse, L’esprit de la curiosité,
Le génie de la connaissance, La fée de l’intuition ) 
La beauté (avec L’ange de l’élégance, La muse de la
séduction, L’elfe de la nature, La reine de l’orgueil)
L’émotion (avec L’ange de la délicatesse, La reine de la mélancolie,
La divinité de la générosité, La gardienne de l’espoir)
La force (avec La mâne du courage, L’elfe de la franchise,
Le génie de l’énergie, La gardienne de l’honneur)

Ces magnifiques
poésies sont accompagnées des splendides illustrations de Shiitake.

Je n’ai pas lu le
premier recueil, (Yoseï, le secret des fées) je ne peux pas donc les comparer mais ce que je peux vous dire
c’est que c’est un énorme coup de cœur, bien plus qu’un livre cet album est une
œuvre d’art
.

La poésie sert le
dessin, les illustrations subliment les textes. Il est autant à lire qu’à
contempler
, à travers mon écran je ne pourrais pas vous montrer à quel point ce
livre est beau, je vais essayer à travers mes mots. Je ne sais pas comment ces
2 artistes ont travaillé mais il est impossible de savoir si l’illustration a
été faite avant ou après le texte, les 2 forment un duo extraordinaire, chaque
illustration est bien choisie ou chaque texte les accompagnent bien. 


C’est très imagé mais
j’ai eu une impression qu’un vent doux soufflait entre les pages me les faisant
tourner, d’entendre les bruissements de feuillages. La nature est très présente
dans le livre
.     
Les poèmes comme les dessins sont tout en délicatesse, je n’ai
pas essayé mais je suis certaine que ces textes sont aussi beaux lus que récités. 

Pour ma souricette c’était un peu compliqué mais elle a apprécié les
dessins et tous ces petits détails, c’est un travail tout en finesse que ces 2
artistes ont fait là. Nous sommes dans l’imaginaire avec ces fées, elfes et
autres créatures, elles m’ont envoûtée, je me suis laissée portée par ce livre,
naviguant de page en pages
, on ouvre le livre et on ne peut plus le refermer,
je l’ai parcouru 3 fois, une première fois juste pour le texte et ensuite pour
observer les illustrations, enfin en regardant les 2.

Pour les 5 grands
thèmes il y a une illustration en double page
, pour les traits de caractère on
a le texte d’un côté avec son dessin qui l’accompagne sur la page en vis-à-vis,
des pétales de fleurs, des gouttes d’eau, des poissons qui sortent de l’eau, un
oiseau qui prend son envol décore le texte, on a une impression de rythme grâce
à ces détails parsemés
.  
La plupart des fées sont
très travaillées, pleines de détails
que ce soit dans leurs robes ou bijoux, d’autres
sont plus simples, mais toutes ont cette particularité de bien représenter le
thème.


Chaque poème est varié,
toutes les illustrations sont différentes, il y a une continuité dans le livre
grâce au préambule qui explique pourquoi les fées sont sur terre :

« La
merveille est partout…Partout autour de nous, dans le miracle du jour, de la
nuit, et de nouveau du jour…Mais la merveille est aussi en nous. Ne
l’avez-vous jamais sentie ? Bien sûr que si. C’est cette fièvre de savoir qui
nous prend un soir, ce bonheur fulgurant qui nous transperce parfois, ou cette
paisible certitude que rien, absolument rien, ne nous arrêtera. Nous sommes
riches de tous ces trésors : la Création, la Raison, la Beauté, l’émotion, la
Force… Ce sont les cadeaux des fées. Pensons à les cultiver. »
 et la conclusion qui
clôt admirablement ce livre
: ».. un enfant est en train de naître, et les fées viennent lui offrir leurs graines. Un don, ou deux, ou trois peut-être, plantés tout au fond de ce petit être. Que va-t-il en faire ? Alors je vais oser, si vous me permettez, formuler le dernier souhait : celui de toujours bien s’occuper de ce jardin secret, de l’arroser abondamment de larmes et de rires, pour que ses talents grandissent, s’épanouissent, fleurissent sa vie, celle de sa famille et de ses futurs amis. », les mots sont précieux jusqu’au dernier signe de
ponctuation.

Je ne sais pas si je
me fais bien comprendre, ce n’est pas facile d’exprimer un tel ressenti.

Je ne m’en lasse pas,
c’est vraiment un recueil splendide que les éditions Nobi Nobi ont édité,
autant pour le contenu que pour le contenant

Si vous aimez les beaux textes
romantiques, féeriques
 et envoûtants, si vous êtes sensible aux arts visuels,
je ne peux que vous conseiller ce recueil.

 Mon texte préféré et le dessin qui l’accompagne me parle beaucoup (mais j’aurais pu en mettre plusieurs)
Charme oublié
De l’art de donner

Un peu de temps,
Un sentiment,
Ou peut-être un présent.

Mais que ce geste
Jamais ne pèse :

Mes cadeaux
Comme les oiseaux

Ne sont beaux qu’en liberté.
Je suis la divinité de la générosité.
Pour en savoir plus : (Sources Nobi Nobi )

L’auteure :

Amoureuse des images et des mots, Alice Brière-Haquet enseigne quelques temps la littérature et l’histoire de l’art avant de découvrir le monde merveilleux des livres jeunesse.

Depuis, elle écrit, elle écrit, elle écrit, sur tout ce qu’elle aime. Des contes, des romans, des poèmes, de l’inventé, de l’adapté ou du réel, peu importe ! L’essentiel est que le texte serve de passerelle entre deux imaginaires.

L’illustratrice : 

Originaire de la préfecture de Fukuoka, Shiitake est une jeune illustratrice japonaise très prometteuse. Son nom d’artiste, Shiitake, signifie « champignon », un surnom qu’elle s’était donnée à l’école primaire. Elle aime particulièrement dessiner les jeunes filles et les fleurs, et souhaite que ses illustrations lui permettent de faire de nouvelles rencontres. Ses travaux sont d’ailleurs régulièrement exposés au Japon et rencontrent beaucoup de succès.

0