Qu’est-ce que le Throwback Thursday livresque ? Un rendez-vous que Bettie Rose Books a crée en 2016 pour permettre à chacun de partager une lecture ancienne ou plus récente au choix, mais toujours sur un thème très vaste.
Rien à voir avec le TTT qui lui demande 10 livres et parle parfois au futur.
Non le Throwback comme son nom l’indique, invite à se replonger dans nos plus jolis souvenirs livresques.Il y a quelques temps que j’ai envie d’y participer, c’est chose faite, dorénavant le jeudi, vous devriez retrouver ce rendez-vous sur mon blog 

Toutes les semaines Bettie Rose Books propose un thème, cette semaine c’est :
J’ai choisi pour ma part un de mes gros coups de coeur de cette années, ce roman est vraiment mon top 1 depuis mai il s’agit de : 
Quand on n’a que l’humour de Amélie Antoine, l’amour oui mais l’amour paternel et filial
Résumé :
C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.
Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.
C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent.
Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.
Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.
C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.
Extrait de mon avis :
En résumé, c’est un roman sur l’amour filial, l’amour fraternel, l’amour simple, mais fort, l’amour qu’on ne sait pas montrer et les mots qu’on n’ose/ne sait pas/plus prononcer.
 
Un livre sur la quête de l’amour, on y parle du pardon, de buzz l’éclair, de la culpabilité, de l’infini à l’au-delà, d’une chasse au trésor orchestrée par Édouard et qui permettra à son fils de sans doute mieux comprendre l’homme qui se cache derrière l’humoriste … un sourire peut cacher tellement, ne vous fiez pas aux apparences.
Amélie Antoine vous mène par le bout du nez jusqu’à la fin.
J’ai endossé les mots comme Édouard endosse son costume de clown (triste) tous les soirs.
J’ai refermé mon livre et j’y ai déposé une partie enfouie de mon vécu, comme Édouard le fait chaque soir sur scène. C’est peut-être aussi pour ça qu’il a fait autant écho en moi.
Ce livre est parfait, dans son récit, dans son écriture, dans sa mise en page, dans la force d’aimer, pour ses personnages devenus réels (Magda, Jonathan je ne vous ai pas oubliés).
Je ne peux que vous recommander de le lire, même pour les personnes dont ce n’est pas le genre préféré !

 

0