Sixtine 
de Caroline Vermalle
368 pages, 18€
Roman, Thriller , à partir de 16 ans
Black Moon, 1 novembre 2013
Egypte, aujourd’hui. Le monde entier s’émerveille et
les égyptologues jubilent car Néfertiti vient de livrer un nouveau secret.
Simultanément, la grande pyramide de Khéops est le lieu d’une découverte
macabre. Une jeune femme de 22 ans est retrouvée, presque morte, dans une
chambre dont les scientifiques ignoraient jusqu’à l’existence. A son côté
repose la dépouille de son mari. Or, rien ne permet de penser que le tombeau royal
a pu être ouvert depuis la pose de la dernière pierre il y a… 4000 ans. Rien,
hormis une petite fente à peine assez large pour laisser passer un souffle
d’air. Le cadavre de la pyramide est celui de Seth Pryce, un milliardaire
américain. Quelques semaines plus tôt, il avait épousé à grands frais une jeune
femme de toute beauté. Mais la rescapée de Khéops n’a plus rien en commun avec
la créature de rêve dont les tabloïds firent alors leur une : ses cheveux ont
viré au gris, ses yeux à un vert inhumain, et son corps ferait pâlir d’envie un
squelette. Un tatouage en croix orne le bas de son ventre, dont Jessica
Desroches-Pryce ne se rappelle pas l’origine. En fait, Jessica Desroches-Pryce
ne se souvient de rien, si ce n’est de son prénom : Sixtine.

Aujourd’hui je vais vous parler de Sixtine, le
résumé m’attirait, je l’ai commencé dimanche et il m’a été impossible de le
quitter avec la fin, ce livre est un véritable page turner,  addictif, une lecture que j’ai adorée.
Je ne vous en dévoilerai pas plus sur l’intrigue
car, le résumé se suffit à lui-même.
La plume de Caroline Vermalle est incroyable,
tout dans ce livre m’a passionné, l’intrigue, forcément, mais aussi les
personnages, les lieux, l’atmosphère.
L’auteure a un véritable don pour garder le
suspens du début à la fin et cette fin …je peux vous dire que j’attends le
prochain tome avec impatience.
L’univers est celui de l’Egypte, les mystères
autour des pyramides, ici plus spécialement Khéops et le tombeau de Néfertiti.
Les personnages, même secondaires, sont aussi
mystérieux que les pyramides. Ils gardent tout au long du livre une part d’ombre
autour d’eux.
Nous avons Sixtine, auparavant Jessica, qui ne
se souvient de rien et qui tente désespérément de trouver quelque chose à quoi
se raccrocher. Que lui est-il arrivé ? Que s’est-il passé ?
Max, un jeune étudiant en doctorat d’architecture
présent sur le plateau de Gizeh au moment de la macabre découverte, qui est
persuadé depuis des années que la pyramide n’a pas livré tous ses secrets.
Florence, une journaliste de la BBC qui elle est là pour tourner un reportage
sur Néfertiti. Thaddeus, un personnage des plus secrets, il m’a fait froid dans
le dos dès le début, et garde une grande part de secrets. Franklin un détective
qui réserve bien des surprises. Je citerais aussi El-Shamy, Nasser, Yohannes
DeBock
, etc.
Caroline Vermalle nous entraîne dans ce dédale
de personnages, tous très intrigants. On perçoit que la majorité à quelque
chose à cacher mais quoi ?
Qui ? Pourquoi ? Comment ? Ces
questions me sont revenues sans cesse.
Sxitine est un personnage qui évolue, il y a
la Jessica d’avant et la Sixtine après, elle a changé physiquement et psychologiquement
mais les 2 personnalités sont attachantes. On veut l’aider, on veut savoir ce
qui lui est arrivé, on souffre avec elle et pourtant une fois encore on ne
connaît vraiment que peu de choses sur le personnage.
Les descriptions sont habilement disséminées
dans le texte
, elles sont là mais on ne s’en rend pas compte, L’auteure plante
son décor et son intrigue en ne révélant que ce qui est nécessaire à sa
compréhension.
Quand il y a descriptions elles sont tellement
bien réalisées que vous avez l’impression de sentir Le Khamsin
, le vent du
Sahara, les rues étouffantes du Caire, la différence entre ce qui est
touristique et le Caire que les visiteurs ne connaissent pas, le couleur du
Karkadé
, une boisson égyptienne, ces lotus bleus qui m’ont causé beaucoup d’interrogations,
le plateau de Gizeh
oppressant.
Plusieurs scènes ont fait accélérer mes
pulsations cardiaques.
N’allez pas penser que c’est un thriller
sanglant, non il s’agit d’une enquête, d’un roman complexe, au suspens qui vous
envoûte.
Le suspens est constant, haletant, on ne peut
pas refermer le livre, on est entraîné dans les quêtes des personnages, tous
ont une raison différente d’être présents en Egypte mais tous finiront par être
liés, qu’ils s’en rendent compte ou pas.
Il y a une véritable ascension dans le
suspens
, le livre commence sur un conte de fée, le mariage de Jessica et Seth
puis en quelques pages, le conte de fée bascule en cauchemar.
Le lecteur est entraîné dans l’enquête, on va
de révélations en rebondissement
,
de pistes qu’on croit dur comme fer pour
finir dans une voie sans issue, on change d’avis pour une fois encore se
tromper et c’est pareil sur le final. L’auteure brouille les pistes et ce n’est pas pour me déplaire.
Caroline Vermalle termine son premier
tome avec juste les éléments qu’il nous faut pour apprécier ce premier opus et
nous faire attendre impatiemment le prochain tome.
Entre certains chapitres sont disséminés des
textes en italiques, qui font penser à des textes anciens
, on ne les comprend
pas toujours, ils prennent tous leur sens en fin de livre et encore, je suis
certaine que l’auteure nous réserve quelques surprises de ce côté-là. Ces
textes ajoutent encore plus de mystère au roman.
Ce livre vous embarque du Caire à New York, Paris en
passant par le Mexique
, on retrouve de la vengeance, de la douleur, des secrets,
de l’amour
(et là encore je n’ai pas été déçue car les sentiments sont à peine
effleurés, ce n’est pas le thème du roman, si sentiment il y a, ils sont là
pour ajouter une intrigue supplémentaire).
Le monde des faussaires, le vol des
antiquités, la préservation du patrimoine, tout ceci est abordé dans le livre
L’ensemble est harmonieux, il n’y a aucun
temps mort, chaque détail a son importance, chaque personnage amènent son lot
de révélations, de mensonges ou de vérités.
D’habitude un premier tome, on vous plante le
décor et bien souvent, sans faire de généralité, on est un peu perdu ou déçu,
ici ce n’est pas du tout le cas. Caroline Vermalle fait bien plus qu’asseoir sa
saga.
C’est vraiment difficile de vous parler de Sixtine,
d’essayer de vous décrire l’atmosphère, l’auteure a un vocabulaire, un talent d’écriture
qui m’a époustouflée.
Je ne la connaissais que de nom, en refermant le livre j’ai
de suite été voir si je pouvais lire d’autres de ses livres, je vous assure que
je le ferai prochainement.
Je répète souvent « mystère » au
cours de ma chronique mais c’est vraiment le mot qu’il convient à cet ouvrage
Un thème passionnant, une écriture claire et
limpide, un vocabulaire élaboré mais bien expliqué, une lecture fascinante, un
suspens haletant, des personnages complexes qui oscillent entre lumières
et ténèbress au sens propre comme
figuré.
Ce roman, comme les pyramides et la
civilisation égyptienne, ne nous a pas révélé tous ses secrets.

0