Lune mauve, tome 1 : la disparue
de
Marilou Aznar
415 pages
Edition : Casterman
Mars 2013
15€
Young Adult / Fantastique
Séléné Savel entre en seconde à Darcourt, le lycée le plus snob de Paris. Elle y croise la route de Laszlo. Qui est ce garçon troublant qui apparaît dans ses cauchemars ? Pourquoi s’intéresse-t-il autant aux étranges tableaux peints par Iris, sa mère ? Six ans auparavant, celle-ci a disparu et Séléné est bien décidée à résoudre ce mystère qui la ronge depuis l’enfance. Mais certaines questions devraient à jamais rester sans réponse…

Séléné Savel, adolescente de 15 ans, doit quitter Rennes. Son père l’envoie poursuivre ses études dans un lycée huppé de la capitale. La jeune fille que son père a tenu éloignée des US et coutumes des ados d’aujourd’hui se retrouve propulsée dans une ville qu’elle ne connaît pas, son seul repère, sa grand-mère Milou et Alexia sa cousine mais qui aura tôt fait de lui faire sentir qu’elle n’est pas la bienvenue. Alexia et ses amis essayeront de la tourmenter sans cesse et ce dès le premier jour de la rentrée. Séléné est bien loin de ces préoccupations de gosses de riche, sa mère a disparu du jour au lendemain sans explication, depuis ce jour ses nuits sont peuplées de rêves étranges. Par un concours de circonstances Séléné sera amenée à enquêter sur la disparition de sa maman sans savoir que ses recherches l’amèneront à faire face à un destin qui s’imposera à elle.

J’ai adoré le personnage de Séléné, c’est une jeune fille comme on en croise tous les jours, elle a beaucoup d’humour, la popularité ce n’est pas son truc, elle rêve de mener une vie banale. Elle a ses soucis d’ado comme on a pu tous les connaître, elle commet des erreurs, écoute parfois trop son cœur au lieu de sa raison, se débat avec des questions existentielles propres à cette période. J’ai vraiment été prise d’affection pour elle, sans doute parce que je me retrouve beaucoup en elle sauf pour son amour des mathématiques (je détestais et je déteste encore les maths).

Les  protagonistes qui gravitent autour de notre héroïne joueront tous un rôle plus ou moins important dans la vie de Séléné. Marilou Aznar nous peint une brochette de personnages très intéressants, la plupart d’entre eux on a pu les croiser à un moment ou un autre de notre cursus scolaire, l’auteur décrit avec justesse le microcosme propre aux établissements que cela soit du côté des élèves que du côté des professeurs.

Certains individus présentés au départ comme des personnages secondaires deviendront principaux, tandis que d’autres comme Nora et Adrien très présents au début s’effaceront peu à peu. Ces retournements contribuent à rajouter du suspens à l’intrigue, nos certitudes volent en éclats et ce n’est pas pour déplaire. La fin laisse présager que de nouveaux protagonistes prendront une place plus importante dans la suite de la saga.

Marilou Aznar nous emporte dans un univers riche, attrayant et innovant, mêlant avec adresse les univers réels et imaginaires, si dans ce premier tome nous restons pour la plupart du temps ancrés dans la réalité, l’univers décrit n’en est pas moins riche et intéressant. L’auteure nous relate des difficultés que certains adolescents vivent, souvent des faits tabous, ils sont décrits ici avec beaucoup de justesse et de pudeur.

Le côté fantastique plane toujours au-dessus du récit par les quelques phrases en début de chapitre et les rêves mystérieux que fait Séléné. Les 2 univers s’emboîtent parfaitement, internet et ses dérives côtoient la civilisation mésopotamienne et ses mystères, les références mythologiques et littéraires se mêlent au langage familier et à l’humour sans que cela détonne.

La plume de Marilou Aznar est envoûtante, on se laisse embarquer dans le récit sans s’en rendre compte, écrit à la première personne du point de vue de Séléné on découvre tout en même temps qu’elle. Ce monde parallèle avec ses couleurs originales, j’avais l’impression d’y être tant tout y est décrit avec précision et justesse.
Sans aucun temps mort, le mystère qui entoure la disparition de sa maman et le destin de Séléné nous est révélé par petite touche nous poussant à tourner les pages avec avidité, plus on avance dans le récit plus le suspens augmente. L’auteure titille notre curiosité, sème le doute, même si certains faits ne vous étonneront pas d’autres vous surprendront par des révélations bouleversantes.

Une écriture soignée, des personnages bien construits, une intrigue utilisant une mythologie originale tout est réuni pour satisfaire le plus grand nombre de lecteurs.

Cette lecture m’a procuré beaucoup de plaisir, j’ai été conquise (je pense que vous l’aurez deviné c’est un gros coup de cœur) ; le 2ème tome est déjà dans ma Pal, je ne resterai pas longtemps avant de le lire, je vous le conseille vivement si jamais vous aviez envie de vous échapper de la réalité quelques heures.

Je voudrais vous en dévoiler beaucoup plus tant j’ai à dire sur ce livre mais je vous gâcherais votre lecture, en attendant vous pouvez visiter ces différents sites afin de vous faire une petite idée de l’univers du roman.

Un extrait que j’ai aimé : « Les autres ne peuvent pas savoir. La révolte, la tristesse sans nom, la culpabilité… L’absence. Les gestes de la vie quotidienne m’étaient devenus insurmontables. J’avais comme un goût permanent de cendre dans la bouche. Mon coeur me pesait dans la poitrine, comme un morceau de chair froide et morte que l’on transporte malgré soi. »

le trailer du livre

Le pinterest de Marilou Aznar 
La page Facebook

le 3ème tome est attendu pour l’automne 2013

0