Le démon des brumes 

de Luc Blanvillain 
345 pages, 14.90€
Young Adult, fantastique
Éditions du Seuil, 26 septembre 2013
Selon
une très ancienne légende, un démon vieux de plusieurs siècles,
condamné à vieillir pour l’éternité, retrouvera sa jeunesse le
jour où il séduira une Fille de la Brume. Laura, lycéenne sans
histoire, est-elle cette fille ? En tout cas, elle a été séduite
par un nouveau lycéen au charme inquiétant et quasiment
irrésistible…
Raphaël,
son copain, et ses amis, prendront-ils conscience à temps du danger
qu’elle encoure ? L’arracheront-ils aux griffes vénéneuses du démon
avant que son amour pour lui ne devienne trop fort ? Car alors,
celui-ci aura recouvré toute sa puissance nuisible et plus rien ne
pourra l’arrêter…



Le
livre commence par un prologue qui nous narre la malédiction qui
s’abat sur un alchimiste
. Au cours d’une de ses expériences qui
tournent mal sa maison prend feu, sa femme et son fils sont à
l’intérieur. Au lieu de les sauver des flammes, il prend la fuite
et se réfugie chez un autre alchimiste, ce dernier lui fait part de
ce qui lui en coûtera pour avoir agi de la sorte.
Après
ce court prologue de quelques pages, nous basculons en 2013 et
faisons la connaissance de Raphaël et Laura,
2 ados amoureux. Ils
pénètrent dans une bijouterie, Laura est attirée par une bague
incrustée dans un socle. Ce geste, elle ne le sait pas encore, va la
lier à un être très dangereux.
Quelques
jours après, c’est la rentrée scolaire, les amoureux retrouvent
leurs amis, Apolline et Vincent, et font la connaissance d’un
nouvel élève, Melvil, un garçon qui a tout pour plaire et surtout
pour charmer Laura.
Des
incidents étranges commencent à se produir
e provoquant la frayeur,
en particulier chez leurs professeurs. Morts suspectes, cauchemars où
il est question de la fille des brumes pour Apolline, malaise et
anxiété chez Raphaël, que se passe-t-il ?  
Il
y a des livres où il faut persévérer et passer outre ses premières
impressions, ici avec « Le démon des brumes » en quelques pages,
en lisant le prologue, j’ai été captivée. Luc Blanvillain arrive
à passionner le lecteur avec cet incident qui se déroule au Moyen
Âge
, on sent directement une tension s’installer, ces quelques
lignes m’ont donné envie de poursuivre ma lecture et comprendre
quel était le lien entre ce mystérieux alchimiste et ces
adolescents aujourd’hui.
Un
départ angoissant et qui nous laisse présager le meilleur mais,
hélas, le soufflé retombe assez vite, beaucoup de faits se
déroulent (trop
facilement
).
La
mythologie choisie est intéressante,
un démon, une prophétie, une
légende sur les filles des brumes, de quoi quand même titiller ma
curiosité
La
plume est très accessible, j’ai moins apprécié les passages avec
les citations du journal « mental » de Laura, qui cassaient un peu
le rythme.  
C’est
un livre qui s’adresse à un lectorat jeune
, les personnages sont des
adolescents avec des réactions propres à leur âge. J’ai eu un
peu de mal avec eux
, je n’ai pas réussi à m’attacher ou
m’identifier à l’un d’entre eux, du coup, cela a enlevé un
peu plus de saveur à cette lecture.
On
a affaire à «
un preux chevalier

», Raphael, qui va tout faire pour «
sauver sa princesse

», Laura.
Une
trame basique et par moments un peu trop mièvre et cliché.
Je
regrette aussi que les faits se suivent et ne nous étonnent pas,
les
personnages ont des facilités dans leurs entreprises, ils tombent
sur les bonnes personnes au bon moment, ils ont certaines capacités
hors normes (comment,
pour certains on ne le sait pas
)
le lecteur n’a pas vraiment à se torturer la tête pour comprendre
ce qu’il se passe ou ce qu’il va arriver.
Il
y a vraiment de bonnes idées et une atmosphère bien retranscrite
mais, à mon sens, elles n’ont pas été assez exploitées.
J
’aurais préféré avoir de plus amples explications sur cette
prophétie et cet alchimiste, sur ce démon dont même le diable ne
veut pas à ses côtés que de suivre les affaires de cœur de
Raphaël et Laura (même
si leurs tracas amoureux sont étroitement liés au démon).

Luc
Blanvillain a, quand même, su me tenir en haleine grâce aux
rebondissements et actions qui s’enchaînent, surtout dans la 2eme
moitié du livre où, là, le rythme est un peu plus soutenu.
S’il
était aisé de savoir qui était le « méchant » la fin m’a
apporté mon lot de surprises même si je regrette que ce soit une
fin ouverte et finalement assez rapide.  
Un
agréable moment de lecture malgré ses défauts.
Un
livre simple et facile à lire, il conviendra à un lectorat plutôt
jeune mais fera passer aussi un moment de détente aux plus âgés si
on n’en attend pas de trop… .

0