1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, où la famille exploite un vignoble.
À la suite du décès de son époux, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine à une famille de négociants, les Lemieux, dont le fils aîné épouse Lydie.
Mais une nouvelle tragédie oblige les deux sœurs à quitter la France.
Sarah, qui n’a pas abandonné son rêve de devenir viticultrice, gagne la Napa Valley, en Californie.
Sur place, elle fait la connaissance d’un certain… Philippe Lemieux, qui s’est lui aussi lancé dans l’aventure viticole.
Les deux Français décident d’associer leurs talents.
Mais les affaires et l’amour peuvent-elles faire bon ménage ? D’autant que Sarah cache un indicible secret…
Dans la lignée des romans de Tamara McKinley et Sarah Lark, le destin d’une jeune femme courageuse qui n’a d’autre choix que l’exil pour réinventer sa vie.

Premier tome d’une duologie, je suis enchantée par ce roman historique même s’il n’est pas exempt de quelques faiblesses. Je ne vais pas pouvoir rajouter beaucoup au résumé que tu as lu, je n’ai pas envie de te révéler la raison du départ de Sarah et Lydie pour New York ; je peux juste te dire qu’avant 100 pages Kristen Harnisch te présente chacun des personnages, certains des drames qui ont jalonné leur vie. 

Directement, je me suis attachée à Sarah, la fille du vignoble Saint-Martin, cette jeune fille de 17 ans avide de connaissances, bien loin des convenances et des sujets de conversations de l’époque. Elle veut devenir viticultrice, se marier n’est vraiment pas pour elle un but en soi. 
Quand elles doivent partir sa sœur et elle, Sarah va se révéler encore bien plus forte que ce qu’elle avait déjà laissé percevoir.
Si j’ai adoré Sarah, j’ai adoré les autres femmes du récit, même si elles jouent un rôle secondaire, Marie et Aurora sont des héroïnes impossibles à oublier. Elles seront l’une à New York, l’autre à Napa, un précieux soutien pour Sarah. 
Des femmes, toutes deux fortes et indépendantes, qui ont décidé de mener leur vie suivant leur désir. 
Philippe est aussi un personnage intéressant, mais il m’a manqué de densité pour l’apprécier pleinement.
Maintenant comme c’est un premier tome je suppose que par la suite l’auteure développera davantage ce protagoniste qui est sans aucun doute l’un des principaux de sa saga. 
J’ai aussi beaucoup aimé Jacques, le régisseur de Saint-Martin et meilleur ami du père de Sarah. Un oncle pour les filles. Un homme au cœur bon. 
Deux personnages seront particulièrement exécrables, mais je préfère ne rien écrire sur eux. 

Kristen Harnisch, grâce à son héroïne Sarah, va te donner un aperçu de la place des femmes dans la société, du combat des suffragettes ; des premières manifestations en vue de la prohibition, des rues surpeuplées et miséreuses de New York en cette fin du 19e.
Tous ces sujets ne sont pas traités en profondeur, j’aurais aimé, le roman en aurait eu encore plus d’attrait, parfois les romans sont trop longs pour ne rien apporter, ici, je l’ai trouvé trop court (à peine 300 pages). 
Par contre, l’histoire de la viniculture surtout le début de l’expansion du vin de Californie est très intéressante. 
Tu lis, notamment, l’exploitation ouvrière des gens de nationalité chinoise et italienne ainsi que le racisme ambiant. 

Je ne peux pas dire que c’est le meilleur roman historique que j’ai pu lire, mais l’écriture est mélancolique, douce et poétique.
Son phrasé, ses descriptions m’ont fait penser à Marcel Pagnol ou au film Manon des sources.
Sarah, avec son amour pour ses terres familiales, m’a fait penser à Scarlett O’Hara. 

Les quelques problèmes mineurs que j’ai ressentis sont que j’ai trouvé par moment l’histoire un peu trop prévisible, j’aurais aimé un peu plus de tensions, de suspens et de rebondissements.
Le scénario et l’intrigue de départ sont vraiment intéressants, ils méritaient d’être plus étoffés.
Aussi, bien que j’apprécie les héroïnes fortes, j’aime aussi quand les héros sont imparfaits, cela les rend crédibles à mes yeux.
Sarah que j’ai pourtant adorée est de temps à autre trop parfaite pour en réaliser un portrait réel, j’ai vraiment admiré son courage et sa fermeté, sa manière de tenir bon devant tous les obstacles qui se dressent sur sa route.
Quelques défauts n’auraient en rien entaché ce personnage au contraire, je pense. 

L’un des thèmes comme je te le disais porte sur le mouvement des suffragettes et, bien que, à mon avis, il joue un rôle secondaire dans le roman, je l’ai trouvé intéressant et j’aurais aimé qu’il joue un rôle plus important. J’espère que ce sera abordé plus profondément dans le deuxième volet.

L’autre sujet très captivant est l’interdiction imminente de la vente d’alcool, les débuts de la prohibition. La manière dont Sarah et Philippe échafaudent des idées pour la survie de l’industrie viticole est fascinante et intelligente.
J’attends avec impatience le résultat dans le tome 2 en espérant que nous aurons la traduction.
Il y a une romance, mais qui ne démarre pas d’emblée, la relation grandit peu à peu.
Kristen Harnisch traite l’aspect romantique de son roman intelligemment nous donnant à la fois assez pour cet opus et à la fois en faisant naître l’envie de lire la suite.
Comment vont-ils surmonter leurs difficultés ? Vont-ils y arriver ? 

En bref : 

Une romance écrite au bon moment et qui n’enlève rien à l’attrait historique du roman.

L’histoire principale se déroule à Napa Valley, lire la vie que les viticulteurs menaient est très captivant, j’ai aimé en apprendre plus sur cette région viticole de Californie.

Kristen Harnisch donne au lecteur une idée de ce que les années 1800 ont été pour les femmes et fournit au lecteur un aperçu de la culture du raisin.
C’est un bon premier tome ; elle présente bien son postulat de départ, je n’ai qu’une hâte : lire la suite (le titre en anglais trouvé sur goodreads :The California Wife)

Sans être un coup de cœur ni une lecture 5 étoiles, j’ai passé un agréable moment de lecture avec tous les protagonistes de Kristen Harnisch. 

Il m’a manqué un peu plus de poids, de développement, mais je te le conseille si tu aimes les romans historiques avec une jolie romance où tout n’est pas joué d’avance. 

Si tu cherches une lecture détente entre deux romans plus denses, celui-ci remplira parfaitement son rôle. 


❦ La fille du maître de chai ❦ roman de : Kristen Harnisch  ❦ 304 pages ❦ Édition L’Archipel, le 5 septembre 

 

1