Il n’est pas celui qu’on croit… et elle non plus.
Ayant prouvé sa valeur en tant qu’espionne et entremetteuse prodige, Sage Fowler est désormais bien introduite dans la haute société grâce à son titre de tutrice des enfants royaux. Quand elle apprend qu’une mission secrète se prépare, elle saute sur l’occasion de servir une fois de plus son royaume, mais aussi de retrouver l’homme qui est désormais son fiancé, le capitaine Alexander Quinn. Elle se retrouve donc chargée de former à la lecture et à l’écriture une unité d’élite.Mais l’audace de la jeune fille n’est pas du goût de l’intraitable soldat, et leurs relations s’enveniment jusqu’à une escarmouche qui les sépare pour de bon. Alex meurt sous ses yeux… Endeuillée, seule en territoire ennemi, Sage doit trouver le moyen de rapporter à sa place à la capitale des informations décisives qui pourraient sauver Demora de la destruction.
Sa rencontre avec un mystérieux soldat étranger lui ouvre des horizons insoupçonnés : et si elle pouvait convaincre un autre état voisin d’entrer dans la danse ?Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, Le Parfum de la trahison mène une infernale sarabande. Le talent de conteuse d’Erin Beaty vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page !

→ ATTENTION TOME DEUX RISQUE DE SPOILER ←

Si tu te souviens en février j’avais adoré le premier tome, la couleur du mensonge (chronique ici), j’étais donc très enthousiaste à l’idée de retrouver Alex et Sage, les héros de cette trilogie.

On n’est pas du tout sur la même intrigue que dans le premier tome.
Ici point de mariage à l’horizon. Sage et Alex doivent attendre encore 644 jours avant de pouvoir se marier, c’est une des règles de leur pays. Darnessa n’est plus là.
Sage est devenue, comme elle l’avait toujours voulu, préceptrice, mais pas dans n’importe quelle maison. Sa bravoure lui a valu une place à la cour de Demoran. C’est auprès des deux jeunes princesses qu’elle enseigne désormais tandis qu’Alex lui est capitaine de garnison.
Parti depuis 9 mois, ils se languissent l’un de l’autre, mais, à peine revenu, qu’une nouvelle mission retient Alex.
Les Norsaris, un contingent secret composé des meilleurs soldats, est reformé sous ordre du roi afin de se renseigner sur ce qu’il se fait passe à la frontière de Demoran. Alex Quinn est nommé chef de cette patrouille.
Sage, elle est missionnée par la reine sous un faux prétexte ; accompagner le prince Nicholas dans la campagne menée par Alex, car le roi ne l’a pas mise au courant du véritable but de cette campagne.
Elle sera mandatée comme préceptrice alors que la véritable fonction sera d’espionner Alex et d’en rendre des comptes directement à la Reine.

Espionnage et manigances, les Jeux de dupes continuent même entre le roi et la reine comme dans le premier opus même si l’intrigue est totalement différente c’est une des « marques de fabrique » de l’auteure.
De nouvelles trahisons et surtout une qui pourrait mener à une nouvelle guerre
Erin Beaty aime étaler les pions de son échiquier avant de les faire tomber.
Dissimulation, contre-vérité, impostures, duplicité tu es livrée au jeu du poker menteur. Qui dit vrai ? Qui bluff ?

Du côté des personnages :

Sage va devoir cacher une fois de plus sa véritable identité et devra assumer des fonctions d’ambassadeurs bien malgré elle tout comme Alex qui même s’il risque de déclencher une guerre est en mesure de sauver une nation et de rétablir des alliances perdues il y a des siècles de cela.
Reste à savoir si nos deux amoureux pourront jouer avec les nouvelles cartes qu’on leur a distribuées puisque Alex, lui aussi se fait passer pour un autre que lui.
Notre héroïne fera face à une demande inattendue à laquelle elle ne saura que répondre. Un enjeu énorme est entre ses mains.

On retrouve outre nos héros Clare, Casseck, Luke, Ash
Des nouveaux comme Gramwell, même si on l’avait aperçu dans le premier opus.
Darit, Alanniah ou Lani et Banneth.
Nicholas, jeune prince écervelé, attrape plus de maturité, il joue un rôle central dans ce tome bien que l’héroïne soit Sage.
Elle a un rôle déterminant, elle est sur tous les fronts.
C’est autour d’elle que l’auteure construit son histoire.
Une héroïne forte, complète et réaliste, car non exempte de défaut, dotée d’une psychologie fine, intelligente, elle observe et emmagasine toutes informations susceptibles de lui servir un jour.
Réfléchie, mais aussi très déterminée ce qui la pousse très souvent à foncer au-devant du danger au lieu d’avoir pris le temps de la réflexion. Sa témérité fait d’elle ce qu’elle est.
Son orgueil peut aussi la desservir. Enfin, elle est courageuse, rusée et passionnée.

Le capitaine Quinn craint à chaque instant pour la vie de sa bien-aimée.
Sage est à la fois une faiblesse et une force pour Alex
Et s’il devait choisir entre sauver Sage ou un de ses lieutenants ?
Alex refuse d’admettre les véritables raisons qui le poussent à refuser que Sage les accompagne dans la mission de reconnaissance.
La mort d’un de leur proche dans le précédent opus plane toujours au-dessus d’eux, leur amour est soumis à de nombreuses épreuves.
Alex évite de prendre des risques quitte à rater sa mission afin de ne pas se retrouver confronté au choix qui hante ses nuits et les transforme en cauchemars.
Il en vient à douter de leur amour.
N’est-il pas un danger pour sa fonction ?
Ils ont encore chacun des reproches qui datent de plusieurs mois.
Des non-dits qui nuisent à leur relation. Ils sont trop orgueilleux pour s’avouer réellement leur tristesse ou leurs émotions.
Arriveront-ils à se pardonner, mais avant tout se pardonner à eux même ?
Pourront-ils enfin se retrouver ensemble sous leur identité exacte ?

L’écriture de Erin Beaty est fidèle à son premier tome, des chapitres courts, beaucoup de méandres politiques.
Un style fluide malgré les ordres de mission, les enjeux, les plans, les diverses tactiques et la diplomatie.
Erin Beaty te rappelle subtilement les faits de l’opus précédent, ils sont disséminés dans les lignes de ce livre-ci. Tu n’es perdu à aucun moment.
La fin et le rappel des personnages rencontrés dans le tome 1 laissent présager que nous les retrouverons certainement dans le prochain tome.
Il manque toutefois un peu de piment dans ce deuxième livre.
Je déplore que Darnessa et tout ce qui tournait autour d’elle ne soient pas du tout présents.
Néanmoins, Huzar est un personnage qui apparaît de-ci de-là ici et qui pourrait s’avérer bien intéressant pour la suite.
Les kimisars préparent toujours leur invasion, mais à part par le biais de Huzar ce point n’est que peu développé en tout cas au début. Sûrement pour qu’Erin Beaty puisse faire du troisième tome un tome haut en « bataille » ?

Si j’ai dans l’ensemble aimé ma lecture, je trouve cependant « Le parfum de la trahison » un cran en dessous de son prédécesseur.
Les intrigues politiques, l’intrigue politique traînent en longueurs.
Tu as moins de rebondissements enfin les caractères de Sage et Alex sont moins savoureux.
Je dirais de leurs échanges, en tout cas de certains pas de tous, qu’ils sonnaient creux, ils n’étaient pas aussi fort en émotion que dans « La couleur du mensonge ». Même pour les dialogues entre Alex et ses amis Cass et Ash ou Sage envers Clare.
Sage comme Alex, ils ont parfois un comportement enfantin qui te fera lever les yeux au ciel ou te donnera envie de les secouer ou même de leur donner une bonne claque histoire de remettre leurs idées en place.

Ce ne sont, à mes yeux, que des petits défauts, rassure-toi c’est une saga de Fantasy que je te conseille.
Je reste juste honnête envers moi et envers toi. Les intrigues et manipulations étaient plus angoissantes et le suspens fort présent dans l’opus précédent.
Dans ce tome, ça l’est aussi, mais beaucoup moins, pas constant en tout cas.
Suffisamment quand même pour que je dévore ce livre en quelques heures.

En bref

Un second tome en dent de scie, l’action peine à se mettre en place.
Une fois qu’on a dépassé je dirais 200 pages, tout s’enchaine très vite pour redescendre quelque peu, mais pour nous donner un final grandiose sans nous laisser sur un cliffhanger horrible.
3 rois : Ragat, Raymond et Banneth, 3 nations ennemies, les kimisars, les casmunis et les demorans.
Une guerre imminente. Une alliance, des invasions ?
Des accords de paix sont-ils encore possibles ?
C’est ce qui nous attend, je pense, dans le troisième tome.
L’amour de Alex et Sage sera encore soumis à l’épreuve de la distance et sûrement d’autres embûches qui se dresseront sur leur chemin.
De nouveaux personnages font leurs apparitions. Ils sont très intéressants et attachants, ils me tardent de retrouver ces cœurs nobles.
J’ai adoré Banneth, Grit et Lani et Huzar, lui, titille ma curiosité.

Je salue une fois de plus la rapidité de traduction des éditions Lumen. En VO, il est paru en juillet 2018 !!

 


❦ Le parfum de la trahison (la couleur du mensonge, tome 2) ❦ Roman de Erin Beaty ❦ 544 pages Édition Lumen, en librairie le 11 octobre 2018 


 

0