» Je suis l’Invocatrice de lumière. Et je suis votre dernière chance.  »

DÉVOTION. REMORDS. MARTYR.

Un pays déchiré par la guerre civile.
Une jeune femme idolâtrée, rongée par ses propres pouvoirs.
Un corsaire flamboyant et mystérieux.
Un soldat renégat, en proie aux doutes.
Une menace grandissante. Un danger imminent.

RÉSISTANCE. POUVOIR. SACRIFICE.

Pour s’opposer au Darkling, Alina devra explorer ses propres ténèbres. Au risque d’y perdre sa lumière.


Aujourd’hui, je vous retrouve avec un second tome tellement attendu. Alors, a-t-il été à la hauteur de mes attentes ?
Tu trouveras la réponse à la fin 😊On quittait Alina en fuite du Darkling en compagnie de Mal, son meilleur ami depuis toujours et beaucoup plus depuis l’adolescence.
Ils sont réfugiés à Cofton, non loin de la frontière Zemeni à des km de Os Alta.
Alina cache son collier de Morozova, à cause de lui, n’importe qui et surtout les espions du Darkling pourrait la reconnaître.
Je ne préfère pas t’expliquer ce qu’est ce collier sans te spolier une grosse partie du tome 1.
Leur but : gagner assez d’argent pour entamer une nouvelle vie loin de Ravka et de tous les grishas.
Là où ils sont réfugiés, personne n’a entendu parler de l’invocatrice de lumière. Hélas, tu t’en doutes, cette fuite va prendre fin.
Je ne te raconte rien de plus si ce n’est que Alina va retourner là où elle avait juré ne plus retourner, plus forte encore, mais la puissance a une contrepartie.Si Alina est devenue plus forte, les pouvoirs du Darkling se sont eux aussi accentués.
Il dirige maintenant une armée d’ombres meurtrières surgies de son corps.
Une lutte comme dans beaucoup de romans entre le bien et le mal.Du côté des personnages, Alina évolue encore tout au long de ce deuxième tome, elle apprivoise ce qu’elle est. Si elle l’admet, ce n’est pas pour autant que c’est facile à accepter.
Elle se sent plus seule que jamais et le Darkling a toujours une emprise sur elle.
Il n’est jamais très loin de son esprit.
Mal n’est pas un héros que je porte aux nues.
Il aime Alina, mais pas la Grisha qu’elle est. Sa jalousie m’a bien énervé.
Dans le tome 1, il était jaloux du Darkling cette fois, ce sera de Sturmhond/Nikolaï.
Ce nouveau personnage je l’ai immédiatement adopté.
Il a de l’humour, des valeurs nobles et la plupart du temps désintéressé.
Je voudrais pouvoir te dire beaucoup plus sur ce nouveau protagoniste, mais je vais trop spolier.
Le moins que l’on puisse dire c’est que Leigh Bardugo a plus d’un tour dans son sac, ce personnage arrive tout au début dans le roman et avec lui les rebondissements et retournements de situations commencent.
Je reviendrai sur l’écriture par la suite.
Je voulais aussi dire un mot sur Tolya et Tamar, eux aussi font leur apparition, pareil je les aime beaucoup.
Des guerriers féroces, loyaux envers Alina.
Tu vas revoir Genya, Feydor, David, Zoyas, Boghra, Sergeï.
Certains qui en ont fait baver à Alina dans le premier opus l’aideront dans celui-ci, d’autres qui étaient alliés se détourneront d’elle.
Alina n’aura pas facile à asseoir son pouvoir, elle est jeune, n’a pas reçu la même formation que les autres Grishas, peu importe, même si elle se sent seule, elle est déterminée à vaincre le mal et sauver le plus de monde possible.
Lucide, elle accepte son destin.
Elle et un autre personnage sont plongés malgré eux dans un monde d’adultes, le temps de l’insouciance est très très loin derrière eux même si ce ne sont encore que des jeunes gens. Tous deux montrent que l’âge n’a rien à voir avec la sagesse.
Mal, lui tâchera de rendre Alina humaine aux yeux du peuple qui ne la voit plus que comme une dangereuse Grisha.
Ils la craignent autant qu’ils l’adulent. Ni l’un ni l’autre cas n’est agréable pour elle.
Un poids lourd sur de si jeunes épaules.
Dans cet opus, elle a encore gagné en maturité, oui elle a des doutes sur ses sentiments, mais heureusement pour toi et moi l’auteur ne tombe pas dans le piège du triangle amoureux.
Se remettre en question, s’interroger sur ce que l’on ressent est normal surtout, je le répète, vu son âge.

Concernant l’écriture, je suis totalement sous le charme de Leigh Bardugo. C’est rythmé et intense du début à la fin. elle nous offre un monde logique, totalement compréhensible même si le vocabulaire est nouveau. Tout se relie et prend sens quand tu avances dans ta lecture. Elle a cette immense faculté de t’immerger complètement dans sa saga, de maintenir un suspens haletant, mais son point fort est qu’elle te fait des révélations tout en arrivant à te saisir et quand tu penses tout savoir elle te retourne comme une crêpe.
Tu as encore des manigances et des luttes de pouvoir, mais moins que dans le précédent opus, en tout cas c’est amené différemment.
Alina n’est pas prête à pouvoir mener la vie simple qu’elle désire.

J’aime aussi toutes les réflexions qu’elle apporte grâce à ses protagonistes, outre le bien et le mal tu auras aussi une morale sur la part de vérité dans les mythes et légendes, les dangers de laisser une seule personne accumuler trop de pouvoir, les contreparties quand on prend une décision : on ne peut pas faire plaisir, plaire, à tout le monde ; que donner de l’espoir est toujours mieux que de ne rien faire et laisser les gens terrorisés !

En bref :
Un second opus à la hauteur du premier, je n’ai pas de coup de cœur, mais je te recommande cette saga.
Bataille, tension, complications, lutte de pouvoir, amis et traîtres, danger et émotions, mythologie inédite, tout est réuni pour te faire passer un très agréable moment de lecture.
Le rythme est trépidant, la tension augmente, je me demande bien ce que nous réserve le troisième tome prévu en octobre.
Le seul reproche que je lui fais concerne Mal, j’ai du mal (sans mauvais jeu de mots, ok c’est mauvais ^^) avec lui, en milieu de roman les remises en questions, la jalousie de ce personnage m’ont lassée, sans cela ce serait une lecture 5 étoiles. J’ai adoré avec juste ce petit bémol.
Je reste assez vague, j’ai peur de te spolier le tome un ou celui-ci.
Vraiment, cette série Young Adult sans être parmi mes préférées fait partie de mes favorites.


❦ Grisha, tome 2 : le dragon de glace ❦ romans de : Leigh Bardugo ❦ Traduction de Anath Riveline ❦ 448 pages ❦ Milan Édition, le 20 juin 2018 

Chronique du tome 1 : http://unesourisetdeslivres.com/avis-grisha-tome-1-les-orphelins-du/

1