Le Cycle des âmes déchues, Tome 1
Le mal en la demeure

De

Stephane Soutoul 

Editions : Les éditions du Petit Caveau 
Nous
sommes en 1898, Gérald de Lacarme, jeune érudit français est envoyé par son
père, expert en sciences occultes, au domaine de Kreuzburg en Allemagne afin de
venir en aide à un ami de longue date, Hans Kraemer. Une menace plane sur sa
famille.
Arrivé à la propriété il est accueilli par Ulrich le
majordome, il rencontre ensuite l’une des deux sœurs Kraemer : Marion. Les
parents de celle-ci se sont absentés pour une durée indéterminée et Charlotte
la cadette souffrante est clouée au lit.
Au fil de son enquête Gérald finira par découvrir la
terrible malédiction qui s’est abattue sur cette demeure.
Entre la belle Marion et Ulrich le colosse Gérald devra
rester sur ses gardes en aidant la famille afin de préserver sa vie.
La plume de Stéphane Soutoul correspond au siècle où se
déroule l’intrigue, une plume romantique et classique mais plaisante et
accessible, elle est classique mais pas dans le sens péjoratif ni restrictif.
Avec son style d’écriture il nous permet de saisir les ambiances et les
sentiments des protagonistes.
Il pose les mots avec justesse, c’est une histoire
construite et l’on perçoit le travail de recherche qu’a effectué l’auteur.
En lisant cette novella je me suis vue en train d’espionner
aux fenêtres de la maison des Kraemer, suivre Gérald dans son investigation,
craignant pour lui, m’angoissant en même temps que lui. L’auteur m’a entraîné
dans son livre, je m’y suis plongée avec plaisir.
L’intrigue m’a convaincue, nous ne sommes pas dans un schéma
habituel, tant de la façon dont elle est traitée que dans le choix des lieux
qui apportent une touche de mystère supplémentaire.
Les personnages sont peu nombreux. Nous avons le héros
principal Gérald de Lacarme, jeune homme raffiné et intelligent, rat de
bibliothèque de surcroît (peut-être est-ce une des raisons
pour lesquelles j’ai autant adhéré au roman, le surnom que m’a donné mon papa
est souris et ça l’est toujours et à force de traîner à la bibliothèque de ma
ville j’en ai fait mon métier
^^) j’ai
totalement adhéré au personnage et à ses choix. Marion est un personnage ambigu,
à la fois une sœur aimante mais aussi égoïste de part ses décisions, je n’ai
pas pu m’empêcher de la juger tout en la plaignant. Ulrich un personnage froid et
sombre qui m’a glacé le sang et qui m’a causé quelques frayeurs. Charlotte
quant à elle m’a émue par sa fragilité. Chacun des personnages sont
remarquablement bien construit.
C’est un livre court (137 pages), qui se déroule sous peu de
temps (du 25 novembre au 4 décembre) mais dense, on ne se perd pas en court de
route, Stéphane Soutoul nous amène là où il veut qu’on aille et on se laisse
embarquer avec facilité. Le prologue introduit à merveille l’intrigue et la
nouvelle à la fin du roman laissé présager un second tome tout aussi riche.
Les ambiances sombres et inquiétante sont créées à la
perfection, j’ai tellement été embarquée dans cette atmosphère que je pouvais sentir
le brouillard de cette banlieue de Berlin, je pouvais sentir le froid tomber
sur mes épaules, ce fut une immersion totale que j’ai vécu là !
Véritable coup de cœur, double je dirais même, il est des
livres, des auteurs qui ne vous laisse pas indifférente, qui vous marque
profondément, soit parce qu’il a été lu à un moment opportun ou parce que les
mots vous ont touchés vous, ça été le cas pour moi.
Ce livre est arrivé entre mes mains par hasard, j’avais vu
une annonce sur facebook, curieuse de découvrir un nouvel auteur, j’ai commandé
ce tome en même temps que le second quand il est sorti sans vraiment savoir à
quoi m’attendre (heureusement d’ailleurs que j’ai reçu en même temps
les deux opus car j’ai pu enchaîner les deux lectures)
 . Je l’ai entamé une nuit d’insomnie, à la lueur d’une petite lampe m’enveloppant dans la nuit noire, je n’ai pas pu le refermer avant de l’avoir terminé !
Quelle belle
découverte ! Je ne le regrette absolument pas !
C’est certain je suivrai l’actualité de Stéphane Soutoul
avec intérêt !
Convaincu(e)s ? rendez-vous ici pour pour le procurer 
0