Une fille parfaite
de
Mary Kubica

400 pages, 19.90€
Editions Mosaïc , à paraître le 29 avril 2015



« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »

Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant.

Voilà un roman que je n’oublierai pas, sans être un coup de cœur, c’est une lecture qui m’a pourtant poursuivi à la fin de ma lecture.

Un roman qui va vous entraîner de la première à la dernière page et où les apparences sont bien trompeuses. 

C’est un roman difficile à chroniquer, j’ai peur de trop en dévoiler, ma chronique sera donc un peu plus courte que d’habitude. 

Roman raconté par 3 protagonistes, Colin, Ève, la mère de Mia et l’inspecteur responsable du dossier : Gabe. 

Roman raconté de 3 points de vue différents, mais aussi avec des aller-retour dans le temps, ces aller-retour peuvent paraître déstabilisants, mais pas du tout, vous vous retrouver dans la tête des personnages, vous vivez leurs émotions, leurs colères, leurs peines, vous apprenez au fur et à mesure ce que sont leurs vies. 

L’avant et l’après. 

Le suspens est maintenu tout au long du récit jusqu’à l’épilogue où l’auteure m’a complètement retournée comme une crêpe, soufflée j’ai été en le lisant les dernières lignes. 

Une écriture qui vous pousse à lire toujours plus, on a envie de savoir ce qu’il va se passer, on a envie d’en apprendre davantage sur Mia, personnage central du livre, mais pour lequel on doit attendre pour parfaitement la comprendre, la cerner et ce n’est pas le seul personnage difficile à cerner…

L’auteure vous embarque dans son récit, délivrant quand il le faut les éléments, insidieusement, doucement, un véritable page-turner.
Le choix des chapitres courts alternants les personnages donnent encore plus de rythme au récit. 

D’autres personnages gravitent autour des 3 principaux, ils sont eux aussi très bien construits même s’ils n’ont pas leur « voix » dans le roman, j’ai détesté le père de Mia, un juge imbu de lui-même, si j’ai détesté le juge, je me suis prise d’affection pour un personnage, je ne m’attendais pas du tout à l’aimer, il m’a fait couler les larmes. 

Un suspens psychologique totalement réussi pour ma part, vous êtes dans le récit, vous vivez leurs sentiments, surtout un : l’amour, qu’il soit maternel ou autre. 

Je ne peux hélas pas vous en dévoiler plus, vous l’aurez compris, il va se passer quelque chose dans la vie de Mia et de ses proches, leur vie va être bouleversée, mais vraiment, je vous conseille, pour savoir ce qu’il va lui arriver, à lire ce roman.

Sur la quatrième de couverture, on peut lire ces 2 phrases : 

« Vous n’oublierez pas Une fille parfaite. Vous n’oublierez pas Mia. »  

C’est complètement vrai, Mia est un personnage qui me trotte dans la tête tout comme le roman, il passe à un cheveu du coup de cœur tout simplement à cause de quelques longueurs et parce que, même si j’ai vraiment apprécié le roman je ne m’attendais pas du tout à lire ce genre d’histoire, mais là, encore une fois je ne peux pas plus développer mon point de vue sous peine de vous spolier le roman. 

Que c’est frustrant de ne pas pouvoir en dire plus, vraiment !!

0