/!\ Roman pour public averti
Pourra-t-elle échapper à cette relation toxique ?

Sloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle
avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule.
Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation.
Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer.

Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui.

Personne ne s’interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.

 

Mon cher lecteur, d’emblée je préfère te prévenir. 
Ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, je t’avertis, car par exemple les autres romans de Colleen Hoover, je les donne à lire sans souci à mon aînée de 19 ans, celui-ci, non.
Pourquoi ? Pour des scènes violentes, difficiles à lire. 
Pour autant est-ce que je le conseillerais : oui ! En rappelant que c’est violent, il y a une petite romance, mais ce n’est pas le sujet principal. Le fil conducteur du roman est la violence domestique et morale. 
Est-il bien abordé ? Oui, j’ai vécu une relation très toxique pas totalement similaire à celle-ci, mais pas très loin. Ce fut donc pour moi, une lecture très éprouvante. 
J’ai trouvé quelques défauts à ce livre ; c’est pour cela qu’il n’a pas 5 étoiles, mais 4. 
Si tu souhaites le lire pour retrouver la plume de Colleen Hoover tu seras déçu, je l’ai reconnue à de courts passages, le reste est très éloigné de ce qu’elle écrit. 
C’est sombre, très sombre, cruel, glauque et sans tabou. 
Tu vas suivre 3 personnages : Sloan, Asa et Carter. 
Sloan est étudiante à l’université, elle est la petite amie de Asa et vit avec lui. 
Asa a le même âge que Sloan, il est trafiquant de drogue. 
Carter suit les mêmes cours d’espagnol que Sloan pour une raison que tu devras découvrir toi-même, je ne veux pas te spolier comme je l’ai vu sur certaines chroniques. (Après avoir fini ma lecture heureusement.) 
Je ne vais pas t’en dire plus sur le pitch de départ, je te copie la quatrième de couverture et avec cela je pense que tu en sais suffisamment.
4eme de couverture : 
 
Pourra-t-elle échapper à cette relation toxique ? 
Sloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle
avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule.
Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation.
Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer. 

Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui. 
Personne ne s’interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.
Tu alternes donc les narrateurs, à chaque chapitre ils changent. 
Tu vas comprendre pourquoi Sloan ne part pas de cette maison malgré tout ce que lui fait subir Asa et tu vas entrer dans la tête de Asa qui est vraiment malade. 
Malade, mais terriblement intelligent, parano, mais rusé. 
Sloan dès le début je me suis prise d’empathie pour elle, je sais que certains lecteurs ne vont pas comprendre ses choix, ses décisions, mais quand tu es dans une voie sans issue tu n’as d’autre choix que celui d’attendre le bon moment pour pouvoir te libérer de tes chaînes. 
Je t’en supplie, mon cher lecteur, ne traite pas Sloan de faible. Les femmes battues restent pour des tas de raisons. Ne juge pas sans connaître. 
Ce que Asa lui fait subir c’est du viol, les scènes sont très explicites, même si, pour lui, si Sloan pleure c’est de joie, oui je te l’ai dit il est complètement tordu.
Son emprise sur elle est ignoble, il connaît sa faiblesse et il en profite.
Sloan lui appartient, à lui seul et pour toujours, il lui demande d’ailleurs souvent de lui répéter.
J’ai craint pour sa vie jusqu’à la fin du roman. 
Certaines scènes m’ont fait vraiment souffrir, car je peux te dire que ce n’est pas exagéré ; il peut même y avoir pire que cela.
 
Comment savoir ce qu’est l’amour quand on n’a jamais connu l’amour même durant son enfance ? Comment savoir ce qui est admissible ou pas ? 
Être dans la tête d’Asa j’ai détesté cela ; je le hais de toutes mes forces ; je ne lui trouve aucune excuse.
Ni son enfance, ni l’alcool, ni la drogue.
Quand tu commets des actes pareils et encore je te cache beaucoup de choses (les révélations sont nombreuses), tu n’as absolument aucune excuse. 
Non, ce n’est pas parce que tu as été élevé dans la violence que tu deviens violent à ton tour et là encore une fois je parle en connaissance de cause. 
 
Colleen Hoover va t’entrainer loin dans sa folie et sa dangerosité. Aucun détail ne t’est épargné. 
Est-ce qu’il le fallait, à mon sens, oui, absolument, c’est inutile d’édulcorer la réalité.
Ce personnage (Asa) m’a donné la nausée, j’ai été en colère, vraiment tu ne peux imaginer la noirceur de ce type.
Quant à Carter là cela va être dur de te parler de lui. 
Tout d’abord, sache que c’est l’exact opposé de Asa. 
Quand Sloan le rencontre, ils sont très vite attirés l’un par l’autre. 
Lui freine ses sentiments parce qu’il ne peut se les permettre dans la situation où il est et elle, Sloan, elle a peur d’Asa.
Elle sait ce qu’il est capable de faire à un autre homme qui ne ferait que la regarder.
Asa sait tout, il fait espionner Sloan, il a mis un traceur GPS dans son téléphone bref, elle est tout le temps contrôlée, même si elle ne le sait pas.
Elle vit dans une prison sans barreau, mais ne peut s’enfuir. 
Carter va tout faire pour la protéger quitte à se mettre en danger, quitte à rater ce pour quoi il va chez Asa. 
Lui au contraire de Asa ne m’a pas donné la nausée, mais m’a émue. Il n’a pas jugé Sloan du moins s’il le fait, il le regrettera vite, c’est un précieux soutien pour elle. 
L’écriture est terriblement addictive et le suspens monte crescendo tu sais, tu lis tout ce que Asa se prépare à commettre, il a toujours une longueur d’avance. 
Colleen Hoover réussit quand même à glisser de nombreuses révélations, à te tenir dans un état de veille permanent. 
La chronologie est assez déstabilisante, elle t’explique pourquoi au début, en lisant le roman je valide son choix, tu comprends encore mieux les raisons et les choix de Sloan. 
Elle a respecté ce qu’elle avait publié sur Wattpad et même si cela peut te sembler bizarre une fois que tu y es plus du tout.
L’ambiance est très sombre et glauque. Parfaitement retransmise. 
Tu ressens profondément la peur et le dégoût d’elle-même de Sloan, la folie de Asa, les tourments de Carter quand il est face à ses choix. 
À la moitié du livre, l’ambiance change et devient encore plus haletante, une tension permanente.
Les scènes de sexe sont nombreuses, Asa ne se gêne pas pour tromper Sloan, son excuse est à gerber. Je ne pense pas que les scènes entre deux personnages dont je tais les noms devaient être si décrites, en avoir autant, mais cela ne m’a pas dérangé plus que cela.
La romance est belle, ils devront surmonter de nombreux obstacles et profondément s’aimer pour accepter l’autre comme cela. De qui je parle ? Je ne te le dis pas. 
Je termine ma chronique avec les personnages secondaires.
Steven, le frère de Sloan vit dans une institution pour personnes handicapées, on ne le voit que peu, mais assez pour se rendre compte de combien l’amour entre le frère et la sœur est indestructible.
Dalton, je suis plus réservée, je pense qu’il aurait pu être plus développé tout comme Tillie.
Le dernier reproche que je fais à ce roman c’est que vers la fin, je pense à une certaine scène, c’était vraiment trop tiré par les cheveux, limite tu es, à ce moment-là, dans une scène de « Mission impossible ». 
Si je devais comparer ce roman à un film pour que tu saches à quoi tu t’engages en le lisant ce serait : « Les nuits avec mon ennemi » (avec Julia Roberts) et aussi « Plus jamais » (avec Jennifer Lopez).
Ne me fais pas dire ce que je ne dis pas, ce n’est évidemment pas du tout les mêmes histoires, mais pour le thème et l’ambiance oui. 
Colleen Hoover qui nous avait habitués à des romances belles et mignonnes montre son côté sombre, elle le réussit parfaitement. 
Pour apprécier ce roman, si tu es fan de l’autrice comme je le suis, il faut que tu le lises comme si tu ne la connaissais pas, il faut absolument te détacher de ses écrits précédents. 
Dernière précision, j’aime voir un auteur ou une autrice sortir de sa zone de confort, on n’est pas obligé de toujours écrire les mêmes choses. Je le dis parce que j’ai lu ce reproche.
Pour rédiger ma chronique, c’est pareil, je ne l’encense pas parce que c’est elle, j’ai des réserves, des choses qui m’ont moins plu, mais dans l’ensemble c’est une bonne lecture.
 C’est en plus un sujet de société encore bien trop souvent, hélas, tabou. La victime se sent gênée, en plus d’être traumatisée à vie elle s’en veut et tu le verras avec Sloan. 
Maintenant, je vais lire quelque chose de beaucoup plus léger et de tendre ; mon pauvre cœur et cerveau en a besoin. ????
Too late de Colleen Hoover – Traduction de Pauline Vidal – Romance, drame, New Adult  – 400 pages, 17€ – Édition Hugo, collection New romance, en librairie le 3 mai 2018

 

0