Je suis peut-être une des seules lectrices à écrire ceci, (quoique je n’ai pas encore été lire les avis des copines) mais, si j’ai voulu lire ce roman, ce n’est pas pour la célébrité de l’auteure ; je ne regarde jamais la TV (à part des séries), je ne suis pas du tout strass et paillettes, maintenant, oui, je sais que Cara Delvigne est un top-modèle international, mais si elle a accompli autre chose à part ce roman je ne suis pas au courant.
Son métier premier était indiqué sur le communiqué de presse ; je me suis dit pourquoi pas, une femme célèbre adulée apparemment par les adolescents ça peut être un bon moyen de leur donner envie de lire.
Le pitch était intéressant, je me suis donc lancée dans ce livre sans aucun a priori puisque je ne connaissais absolument rien de l’auteure.
Me voilà donc embarquée dans le roman ; je vous le dis d’emblée, j’ai eu beaucoup de mal avec ce roman.
Tout d’abord le langage utilisé, s’il se veut « jeune » il n’est pas utilisé tout le temps, du coup ça casse le rythme de l’écriture.
Ensuite les thèmes, oui je suis totalement d’accord qu’il est important de parler de sujets forts et sans tabou avec les ados, j’en ai 3 à la maison donc pour moi aucun souci là-dessus sauf quand ces thèmes sont abordés de manière à les banaliser, comme si c’était tout à fait normal et qu’il n’y ait aucune leçon à en tirer. J’ai trouvé l’auteure très maladroite dans sa manière de traiter de ses sujets (boulimie, scarification, anorexie, drogue, prison, alcoolisme, etc.)
Nous suivons Red, il est enfin épanoui depuis qu’il a intégré un groupe de musique rock « Mirror, Mirror » qui a son petit succès, un groupe monté à l’école avec Rose, Leo et Naomi.
Ils sont devenus les meilleurs amis du monde, ils sont tout le temps à 4 et ensemble arrivent à surmonter leur difficulté.
Tout bascule quand leur amie Naomi disparaît du jour au lendemain. Pour eux, c’est certain, ce n’est pas une fugue.
Nous allons les suivre dans l’après-disparition de Naomi.
Au début du roman, tout est sombre, triste, ils sont désespérés, normal, leur amie a disparu.
Peu à peu, la vie reprend son cours sauf qu’ils veulent eux-mêmes enquêter et c’est là qu’est le second point faible du livre.
Tout ce que ces jeunes ados vont entreprendre pour retrouver leur amie est tiré par les cheveux, les ficelles pour arriver à se sortir des mauvais plans où ils se mettent sont trop grosses pour être complètement crédibles.
Malgré une intrigue de départ intéressante, je ne suis à aucun moment rentrée dans le roman.
Le point positif que j’en retire, car ce n’est pas un mauvais roman, c’est les thèmes abordés par le personnage de Red, je n’avais pas deviné au début, quand je l’ai su j’ai ressenti beaucoup plus d’empathie et d’émotion pour notre narrateur.
Là par contre, c’est un sujet qui est traité correctement et qui permet la réflexion.
Peut-être que Cara Delvigne a voulu aborder trop de thèmes et que, du coup l’intrigue principale perd en suspens, je ne sais pas, ce que je peux vous dire c’est que je lis énormément de livres Young Adult et que j’en tire moi-même des leçons, des réflexions, avec celui-ci malheureusement pas du tout ou trop peu.
Il plaira sûrement à un jeune public, mais attention aux thèmes abordés, non pas qu’il ne faut pas en parler, mais dans ce cas-ci, j’ai trouvé certains points, pas tous, pas assez expliqués ou juste survolés et plus grave pour moi, même si je n’ai pas d’œillère et que je sais qu’alcool et drogue circulent auprès des ados, faire passer le message qu’on en a besoin pour complètement s’amuser je ne suis pas d’accord.
Une lecture en demi-teinte, des points positifs, mais noyés dans les trop nombreux points négatifs. Trop d’incohérences, trop de cassure dans le tempo du roman.
La fin se finit sur un happy end qui est pour moi, encore une fois, ce n’est que mon ressenti, trop cliché pour être complètement crédible.
Je ne débattrai pas sur le fait que Cara Delvigne n’a pas écrit ce roman seule, je ne sais tout simplement pas quel aide ou la manière dont elle a travaillé avec Rowan Coleman.
Si je devais lui donner une note ce serait un 11/20, des choses intéressantes, mais noyées dans le trop-plein d’intrigues et une écriture maladroite, je n’ai pas dit mauvaise, elle reste fluide et simple. C’est certain ce roman je ne le conseillerai pas à des adultes alors que je l’ai déjà fait pour d’autres du même genre.
Mirror, Mirror de Cara Delvigne et Rowan Coleman – Young adult – 416 pages, 18€ – Édition Hachette, en librairie le 4 octobre 2017
0