Le roman commence en 1916, à sainte -Péronne, une ville occupée par l’armée allemande située dans la Somme.
Nous suivons Sophie, Hélène et Aurélien, les 2 sœurs et frère qui tiennent « Le Coq rouge », un hôtel restaurant familial.
Sophie a dû quitter Paris au début de la guerre quand son mari, le peintre Edouard Lefèvre, s’est engagé comme soldat avec le mari d’Hélène.
 Ainsi, les 2 sœurs se retrouvent et font tourner, malgré les réquisitions, le manque de produits, leur hôtel restaurant.
C’est le lieu de rassemblement de tous les anciens du village, ils y viennent volontiers pour éviter de se retrouver seuls en ces temps si durs, discuter avec Sophie et leurs voisins.
Sophie est une femme forte, elle tient la famille ; Hélène, sa sœur ; pourtant aînée a bien plus de mal à supporter la guerre, l’absence de son mari et les privations qu’ils endurent ; Aurélien, 14 ans, un jeune homme qui voudrait bien botter les fesses des Allemands, mais qui est encore trop jeune pour s’engager ; Mimi et petit Jean, les enfants d’Hélène.
La vie de Sophie et de sa famille va changer quand le Herr Kommandant Hencken signale à Sophie que, dorénavant, il viendra dîner tous les soirs au restaurant du Coq rouge avec ses soldats.
Bien que Sophie soit furieuse d’être obligée d’accueillir sous son toit et en plus cuisiner pour eux alors que leurs estomacs crient famine elle s’y résout ; comprenant qu’elle n’a pas le choix pour protéger sa famille.
Le Kommandant est subjugué par une toile d’Édouard, un portrait qu’il a réalisé de Sophie, Édouard faisait partie de l’école de Matisse.
Peu à peu, les tensions entre le Herr Kommandant et Sophie s’apaisent, ils savent bien l’un et l’autre que ce sont deux êtres humains dans des camps opposés d’une guerre meurtrière des deux côtés.
Quand Sophie apprend qu’Édouard est prisonnier, elle va lui demander de l’aide, mais les intentions de l’allemand sont-elles aussi pures que celle de Sophie ?
Dans la deuxième partie du roman, nous sommes à Londres en 2006 on rencontre Liv, une jeune femme de 30 ans, veuve depuis 4 ans d’un célèbre architecte, David Halston.
Elle peine à se remettre du décès de son mari, pigiste de métier, la vie est très onéreuse, elle a du mal à joindre les deux bouts pour conserver « la maison de verre », comme on l’appelle, que son mari avait construite.
La maison et un tableau est tout ce qu’il lui reste de feu son époux.
Le tableau ; n’est bien sûr que le même qu’en 1916 en France, « Les yeux de Sophie ».
Comment ce tableau a pu arriver entre les mains de Liv, quels liens ces deux femmes d’époques différentes ont-elles en commun ?
Si j’ai vraiment eu beaucoup plus d’empathie pour Sophie et que j’ai préféré les passages se déroulant en 1916, les parties concernant Liv ne sont pas moins intéressantes.
Les deux femmes ont beaucoup plus en commun qu’un simple tableau.
La vie de Liv, elle, sera aussi bouleversée par une rencontre, celle de Paul McCafferty.
Rencontré un soir par hasard dans un bar à un moment où ils souffraient tous les deux de la solitude. Ce qui aurait pu devenir une belle relation est vite tué dans l’œuf.
Liv va perdre toute confiance quand elle apprend que Paul travaille pour une société qui s’occupe d’enquêter sur les œuvres d’art volées pendant les deux guerres afin de les restituer à leur propriétaire or, « Les yeux de Sophie », fait partie d’une enquête.
Les héritiers d’Édouard veulent le récupérer.
Chose impossible pour Sophie, c’était un cadeau de David lors de leur voyage de noces en Espagne. Un objet qui la relie à son mari, peu importe sa valeur, c’est affectif pour elle.
Comme je vous le disais ; j’ai vraiment préféré les parties traitant de Sophie, j’ai trouvé plus de longueurs dans les passages sur Liv.
Sophie et son histoire m’ont passionnée.
Je l’ai admirée, plainte. Elle m’a ému et donné des leçons de courage.
Liv, même si elle a en commun l’amour du tableau comme Sophie, pour ces deux femmes cette peinture est un lien de leur mari, je l’ai trouvée plus faible que Sophie.
Elle évolue au cours du procès, mais je ne suis pas parvenue à complètement m’attacher à elle.
 Par contre, à Paul et son frère Greg, oui. Ainsi qu’à la vieille dame à qui David avait acheté le tableau en Espagne.
La deuxième partie n’est pourtant pas dénuée d’intérêt, les rebondissements sont nombreux.
On se replonge dans l’histoire de l’art, dans les spoliations des Allemands envers les juifs ; on y parle non seulement de la Première Guerre, mais aussi de la seconde et de tous les tableaux et objets d’art que Goering avait volés aux juifs et autres prisonniers de guerre.
L’héroïne du livre est vraiment Sophie ; pas uniquement, lors des chapitres où elle est la narratrice ; son âme habite le tableau.
Quiconque le regarde s’en aperçoit, dans son cas, je m’y suis complètement identifiée, voulant en savoir plus sur son histoire, sur ce qu’il lui était arrivé à elle, mais aussi à Édouard, Édith, la fille de Liliane que Sophie avait recueilli.
J’aurais voulu tout connaître de cette femme au grand cœur, folle amoureuse de son ours russe comme elle le surnomme.
Un personnage qui m’aura fait rire, l’épisode du cochon pour ceux qui l’ont lu, qui m’aura fait frémir pour les risques qu’elle prend et qui m’aura fait pleurer pour les épreuves traversées, mais qui m’aura aussi fait lever la tête et bien fait comprendre que l’amour est plus fort que tout, plus fort même que la guerre.
Attention, il ne s’agit pas uniquement d’une romance même si les deux femmes sont amoureuses de leurs époux, mais bien d’expliquer le lien entre elles et ce mystère autour de ce tableau « les yeux de Sophie ».
L’alternance de temps dans la deuxième partie peut parfois être moins limpide que dans la première, mais Jojo Moyes mêle quand même habilement passé et présent.
Je n’avais plus lu l’auteure depuis « Avant toi » qui fut un énorme coup de cœur et m’aura fait verser toutes les larmes de mon corps.
Ce n’est pas le cas pour celui-ci, mais j’y ai retrouvé sa nostalgie dans l’écriture.
2 femmes qui se télescopent dans le temps, Sophie va se lier d’amitié ou au moins de politesse envers l’ennemi, le Herr Kommandant et Liv va se lier avec Paul qui est à la fois son ami/amant, mais aussi son ennemi.
J’ai aussi vu la relation d’amitié Sophie/Liliane en miroir avec l’amitié de Liv et Mo.
Le cœur qu’elles ont toutes deux sur la main ; Sophie aidera toujours les plus fiables lors de la guerre ; Liv secourt tant qu’elle peut une sans-abri qui vit en bas de chez elle.
Elles partagent aussi ce regard du tableau, par toujours, mais à des moments importants de leurs vies.
2 femmes à la fois différente et pourtant qui se reflète dans le temps.
L’auteure aborde des thèmes universels comme l’amour ; la valeur de l’art qui est différente selon du point de vue d’où l’on se place ; mais aussi des thèmes comme : les comportements humains en temps de guerre, les relations entre occupants et occupés, les relations fraternelles, la loyauté, la main tendue, etc.
Qu’il est important de voir que le monde est constitué de couleur et de beauté avant qu’une guerre ou un décès ne décolore tout en gris et en tristesse.
Les yeux de Sophie de Jojo Moyes – roman contemporain, romance – 480 pages, 18.90 € – Édition Milady, collection Milady Litte, en librairie le 20 octobre 2017
0