À nouveau, aujourd’hui, mon cher lecteur, je t’embarque dans un nouveau genre, direction Spyra, pénètre avec moi dans cet univers fantasy.
Difficile de te faire un résumé sans te spolier.
Oublie tout ce que tu connais : lieux ; personnages ; les êtres qui peuplent ce monde créé par Catherine Egan sont inédits, un roman innovant et qui ne ressemble à aucun livre que j’ai pu lire.
Ce ne sera pas un coup de cœur ni une lecture 5 étoiles à cause d’un début assez lent et des informations parfois trop denses pour bien te situer ou comprendre.
En même temps, c’est un premier tome ; il fallait bien expliquer sa mythologie et les êtres qu’elle a créés.
Je te l’ai dit ; les êtres surnaturels sont pour la plupart, totalement nouveaux ;certain, tu les auras croisés dans d’autres livres, mais sous d’autres noms ou d’autres formes. Seul l’homme-loup peut, peut-être, et encore, ressembler aux loups-garous que tu connais.
Julia, l’héroïne du roman et que tu vas accompagner tout au long de premier opus est un escroc, elle gagne sa vie en volant ou en accomplissant des missions.
Elle vit avec son frère Dek, Grégoire et Priscilla, Wyn sous le toit d’Emée.
Emée a recueilli toutes ces personnes sous son toit, ils vivent de menus larcins, de vols plus importants.
Cette fois, dès le début du roman, ils ont été engagés pour une somme rondelette afin d’espionner Mme Och. C’est Julia qui y est envoyée, elle se cache sous le nom de Ella, engagée comme domestique.
Si c’est elle qui a été envoyée, c’est que Julia dispose d’un don très pratique pour cette mission.
Elle peut se rendre invisible quand elle le veut, elle perçoit tout, mais les gens normaux non.
La mère de Julia et Dek était une sorcière, noyée alors que celle-ci n’avait que 7 ans.
Emée les a pris sous son aile après le conseil de la vieille dame Claude.
Dans le monde de l’auteure, il ne fait pas bon d’être sorcière, elles sont pourchassées, la seule façon de les tuer étant de les noyer.
Le roi Zey appelle cela la purification, même si le pays a l’air surtout dirigé par l’ignoble Agoston Horthy.
Qui est cette cliente prête à payer une grosse pour rapporter tout ce qu’il se passe dans cette demeure bourgeoise ?
Pourquoi veut-elle savoir les allées et venues de la maison, que lisent-ils, où vont-ils ?
Ce qui te semble une histoire bien banale va s’avérer tout le contraire. Cette maison cache bien des secrets, Julia est amenée bien malgré elle dans une des missions les plus dangereuses qu’elle n’a jamais accomplies. Ne risque t’elle pas d’y perdre son âme ?
Julia n’a que 16 ans, mais a déjà un goût amer de la vie, la façon dont sa mère a été tuée, son père qui les a abandonnés pour l’opium. Elle possède beaucoup d’intelligence, un esprit vif, cinglant, son regard recèle une noirceur qui ne s’illumine qu’en présence de Dek qu’elle protège et chérit plus que tout, même si c’est lui l’aîné une épidémie qui a touché le pays des années plus tôt l’a laissé vivant, mais handicapé puis il y a cette étincelle que provoque Wyn. Elle en est amoureuse depuis ses 8 ans, si elle fait confiance à peu de personnes, à eux deux oui.
Les autres protagonistes que tu vas rencontrer sont les autres domestiques les sœurs Chloé et Flavie ; Frédéric l’élève du professeur Baranyi ; Mr Darius ; Bianka et son adorable bébé, Theo ; la cuisinière Mme Francis ; pour les habitants de la maison que Julia espionne.
Plus tard dans le récit tu rencontreras l’étrange, énigmatique et très dangereuse Pia, Gennadion, Cazmir et l’insondable Madame Claude, on ne sait jamais ce qu’elle est, mais est au courant des plus grands mystères du monde ; une dame, toujours là, pour Julia et ses questions de plus en plus nombreuses au fil de ses découvertes.
Tu rencontreras aussi le Goulpard, une créature qui te fera froid dans le dos, trois immortels, la puissante et vieille sorcière Shaye.
Tous ne sont pas développés dans ce premier opus, certains ont encore beaucoup de choses à nous dévoiler, l’auteure nous laisse avec des questions sur certains d’entre eux, elle lèvera sans doute le voile dans les prochains opus, mais crois-moi les informations sont déjà nombreuses dans ce premier tome et même si tu n’as pas toutes les clés en main pour crocheter les serrures comme Julia tu sauras entrebâiller suffisamment les portes pour comprendre l’essentiel.
Je te disais que le début est long, mais une fois que l’action commence, tout s’enchaîne, plus de temps mort, tu n’as plus aucun répit comme notre héroïne qui ne sait plus à quel dieu se vouer.
Julia fera des découvertes qui lui blesseront le cœur, l’amour qu’elle ressent pour Wyn n’est sans doute pas aussi fort qu’elle le pensait, son pouvoir est aussi une malédiction.
À un moment elle apprend tellement de choses qu’elle n’a plus personne à qui se confier, leur révéler les mettrait en danger et elle les aime suffisamment pour taire toutes ses craintes et angoisses.
Un personnage vraiment remarquable qui va se rendre compte que tout l’or du monde ne vaut pas n’importe quelle mission.
Elle qui pensait ne pas avoir de conscience quand il s’agissait de gagner de l’argent à l’idée qu’on la pense malfaisante va la faire réfléchir, elle va vouloir réparer ses erreurs.
Je me suis vraiment pris d’empathie pour cette jeune fille téméraire, qui sous un aspect extérieur froid, qui sait voir derrière cette barricade trouvera un cœur tendre, une enfant qui ne s’est jamais remise de la mort de sa mère.
L’autre personnage ; le plus intrigant est la dame qu’elle espionne ; cette dame de la haute société cache bien des choses, Julia et toi, lecteur, tu n’as pas fini d’être saisi, voire ahuri devant certaines révélations.
Une protagoniste que j’ai vraiment aussi appréciée tout comme Frederic, Bianka et alors Theo, oh, ce petit bébé, un garnement tellement attachant, il m’a fait fondre le cœur.
La bande de hors-la-loi m’a fait quelque peu penser à Six of Crows de Leigh Bardugo.
C’est la seule similitude avec un autre roman que j’ai pu trouver.
Tu vas côtoyer la magie, bonne et mauvaise, tu vas voyager dans Spyra, apprendre à connaître le pourtour, le Dédale et la Scola, des quartiers où Julia va évoluer.
Catherine Egan aborde de nombreux thèmes notamment l’amour maternel et fraternel. Les luttes morales sont des réflexions sous-jacentes que Julia va se poser au fur et à mesure de son enquête.
Des questions comme :
Quelqu’un peut-il naître naturellement méchant ?
Jusqu’où peut-elle aller pour de l’argent avant d’avoir franchi la ligne qui la changera à jamais, est-ce acceptable de commettre des crimes pour survivre ?
Les criminels et méritent-ils le pardon ?
Les personnes qu’elle a dupées lui accorderont-ils ?
Le passé devrait-il être enterré au nom du progrès ?
Avant, la sorcellerie n’était pas interdite, est-ce mieux ?
Naît-on sorcière et à quel moment faisons-nous le choix du bien ou du mal ?
Julia, tu le vois malgré son jeune âge, est mature. Ses réflexions prouvent qu’elle n’est pas la personne mauvaise qu’elle pense être.
Comme dans la majorité des romans du genre il y a une quête importante, ici la quête du pouvoir absolu, 3 objets réunis permettront à celui qui les rassemble de dominer le monde magique. Julia sera un obstacle dans cette quête et se mettra en danger de nombreuses fois.
Je ne peux pas dire que l’écriture soit fluide, car il te faudra du temps pour pouvoir te situer autant dans les lieux que parmi les protagonistes, mais une écriture immersive, j’ai été, une fois les explications assimilées, au côté de Julia, voulant moi aussi connaître un dénouement heureux.
Certains passages sont en italique ; tu comprends que l’on torture quelqu’un, mais, dans quel but, ça, tu ne le sais pas, tu as aussi ces meurtres qui n’ont pas l’air d’avoir un lien entre eux sauf celle d’avoir croisé la même femme.
En bref : Une lecture avec une mythologie inédite, Catherine Egan reprend des éléments que tu connais en ajoutant sa propre sauce comme, par exemple, les sorcières n’utilisent pas de baguettes magiques, elles ont juste besoin d’un stylo, une craie ou un crayon, un bout de papier ou un autre support pour écrire leur sort.
Entre corruptions ; magie ; sortilèges ; déceptions ; rebondissements ; mystère ; faux-semblant et mensonges ; bêtes horribles, araignées protectrices pour celui qui les détient, mais mortelles pour les autres.
Venins ; poisons ; qu’est-ce qui est inventé pour les fables enfantines et qu’est-ce qui est réel, tu n’as pas le temps de t’ennuyer.
Vivement la suite.
L’auteure ne te laisse pas sur un cliffhanger, mais avec suffisamment de questions et de non-dits pour te titiller et te donner envie de lire la suite
Les ombres de Julia, tome 1 : la fille de la noyée de Catherine Egan – traduction de Jacqueline Odin – roman Young Adult, jeunesse, fantasy – 384 pages, 16.90€ – Édition Milan, le 7 mars 2018
0