Mon cher lecteur je te trouve avec le premier tome d’une nouvelle saga YA passionnante et originale. Vite le solstice d’été 2018 pour poursuivre les aventures de Thérèse, Ariane, Philomène et Soledad.
Si tout n’est pas parfait dans ce premier opus, c’est un très bon tome qui annonce une saga vraiment prometteuse.
J’avais lu une autre saga YA qui se passait aussi à l’époque de Louis XIV sauf qu’ici tu es au moment où les astrologues sont bannis de la société, emprisonné, voire pire.
Considérés comme des charlatans, des suppôts du diable c’est une véritable chasse aux sorcières qui est lancée dans toute la France.
Germain Lavol de Sauvignac est parti à Toulouse pour régler une affaire avec Mr Dautant.
Les sœurs et leur cousine, Soledad, reçoivent une lettre de Germain, Thérèse sa fille aînée doit le joindre au plus vite à Toulouse afin de conclure la transaction et sauver ainsi le domaine familial.
Quand Thérèse arrive à Toulouse en compagnie de Soledad et se présente chez les Dautant celui-ci refuse de lui dire où est son père.
Il est en compagnie d’un homme inquiétant et à l’air d’avoir peur de parler devant lui. Armand, le fils Dautant révèle aux deux jeunes filles que germain Lavol a été arrêté et emprisonné à Paris.
Dès lors, Thérèse, les jumelles Ariane et Philomène, leur cousine Soledad n’ont qu’une chose en tête faire libérer leur père en prouvant que c’est un homme de science, un érudit, bon et pieux. L’entreprise des jeunes filles va s’avérer des plus difficiles les planètes ne se sont pas alignées en leur faveur.
Elles qui n’ont jamais été séparées ni quittés le domaine familial vont devoir apprendre à leur dépend à être forte et de ne jamais baisser les bras.
Quoique les étoiles ou leurs thèmes astraux en disent.
C’est dans une grande aventure que te mènent les deux auteures, une aventure riche en rebondissements avec des descriptions de lieux très joliment écrites, moi qui ne suis pas française je n’ai eu aucun mal à imaginer Toulouse, les montagnes des Pyrénées, la baie de Collioure, Perpignan, la Cour des Miracles, Versailles en pleine construction, etc.
J’aime aussi que les auteures développent la psychologie des 4 héroïnes en nous les faisant connaître chacune leur tour.
Des jeunes filles qui vont évoluer au cours de ce premier opus, l’innocence de l’enfance s’en est allée.
Ce roman est construit un peu comme le schéma narratif des contes.
La situation initiale, l’élément perturbateur, les péripéties, etc.
Tu as tout ceci et des péripéties on peut dire que les filles de Germain Laval vont en vivre.
Concernant nos protagonistes à un moment donné elles vont devoir se séparer, soit parce qu’elles en ont décidé comme cela ou contre leur gré.
Toutes sont déterminées à s’en sortir.
4 caractères différents avec la même volonté d’aboutir à leur quête, coûte que coûte : sauver Germain leur père et oncle.
Même si les aides qu’elles vont recevoir sont parfois faciles, elles leur tombent dessus sans que vraiment elles ne doivent combattre ; j’ai malgré tout aimé cet aspect.
Les auteures par ces gens nous montrent que les apparences sont trompeuses.
Philomène et son don m’intriguent beaucoup, mais je ne préfère pas te dire de quoi il s’agit ; Ariane l’érudite comme son père est sans doute celle qui évolue le plus, elle prend beaucoup de maturité, Thérèse l’aînée des filles n’est pas prête à céder au chantage, mais peu à peu son caractère farouche va s’éroder à la rencontre de « le poudreux » quant à Soledad elle a plus d’un tour dans son sac, même si elle rêve de retrouver le faste qu’elle a connu en Espagne, même si elle te paraît parfois bien superficielle ou écervelée elle tient à ses cousines et veut par-dessus tout aider cet oncle qui l’a recueillie alors qu’elle n’avait plus ni famille ni argent.
Il la considère comme ses filles.
Téméraire et rusée, elle me fait craindre pour la suite.
Les écrivaines nous laissent avec pas mal de questions sur l’avenir, aucune carte du ciel ne t’indique ce qu’il adviendra des demoiselles Laval.
Au cours de leurs pérégrinations, certaines d’entre elles vont connaître les premiers émois, je salue une fois de plus Laurence Schaack et Françoise de Guibert de ne pas avoir trop insisté là-dessus ; Cupidon n’est pas loin, mais pas tout près non plus.
Comme je te le disais, un très bon premier opus, qui pose les jalons de la saga.
Rien ne prend le pas au détriment de l’intrigue, l’astrologie est passionnante, mais pas trop présente, c’est intrigant, cela donne un aspect assez innovant à la série.
Des protagonistes bien développés, mais qui restent avec ou des questions ou des soupçons, je pense au balafré, à Poudreux, au roi des Framboises, à Camélia.
À cet objet unique que doit cacher à tout prix Ariane sur ordre de son père. Il ne doit pas tomber entre de mauvaises mains.
Tu vas croiser des personnes célèbres, soit juste citées comme Nostradamus ou Galilée ou en chair et en os comme Edmond Helley, célèbre astronome britannique.
La fiction côtoie la réalité, peut-être que ces noms ne diront rien aux plus jeunes, mais les explications données par les auteures sont suffisantes pour en faire des personnages à part entière.
L’aristocratie parisienne, et en général, est décrite de manière caustique, des gens qui ne pensaient qu’à plaire au roi Soleil, frivoles et manipulateurs, un climat de délation règne partout en France. Chaque parole peut être mal interprétée et te valoir la prison.
Il me tarde vraiment de lire la suite, comprendre qui en veut tellement à Germain Laval, pourquoi l’avoir dénoncé au roi Louis XIV ? Que vont entreprendre les filles ?
Philomène saura-t’elle utiliser son don sans danger, Ariane arrivera-t’elle à se défaire de sa promesse, Thérèse retrouvera-t’elle celui qu’elle aime et Soledad ne court t’elle droit devant le danger.
Elles sont toutes à un croisement, elles ont des décisions à prendre, mais comme le dit la quatrième de couverture les astres inclinent, mais ne contraignent pas.
Verseau, Capricorne et Lion leurs signes astrologiques auront ils une influence sur leur vie passée ou future ?
En tout cas, la présentation de leurs thèmes astraux que nous font les auteures en début de livre est en adéquation avec ce que l’on retrouve dans le récit.
Les filles de l’astrologue, tome 1 de Laurence Schaak et Françoise de Guibert – Roman jeunesse, littérature française, Paris, Louis XIV – 352 pages, 14.90€ – Rageot Éditeur, en librairie le 21 mars 2018
0