Voilà vraiment longtemps que je n’avais plus lu de livre d’un auteur français sur le Moyen Âge et encore plus longtemps qu’un roman de cette période ne m’avait autant plu.
Je l’ai littéralement dévoré tant il est passionnant, un véritable page turner digne des célèbres romans courtois que j’ai lus pendant mes études de bibliothécaire.
1382, nous suivons Jacques de Charny. Il revient sur ses terres après 6 années de croisades.
Quand il revient, il retrouve sa mère Jeanne, sa jeune sœur Marie ainsi que ses fidèles amis Arnaud et Miles.
Sa mère, pour subvenir au besoin de la maison de Charny et à ses serfs, vassaux et serviteurs, s’est résignée à exposer Le Saint Suaire, pèlerins, seigneurs accourent de toute la France pour le voir et prier, une collégiale est même en construction pour accueillir tout ce monde.
On en parle jusqu’à la capitale, le tout jeune roi Charles XI vient voir de ses propres yeux cette relique.
Tout ceci n’est guère du goût de Jacques, mais il s’y résout au contraire de l’église, qui elle voit d’un mauvais œil l’ostentation, accusant d’hérésie les gens de Charny.
On se trouve en plein schisme de l’église, 2 papes sont en fonction celui de Rome et celui d’Avignon, l’histoire se déroule juste après la guerre des 30 ans et la grande épidémie de peste qui a ravagé la France.
L’écriture de Laurent Decaux est très cinématographique vous êtes plongé sans aucune difficulté de compréhension dans cette période, avec un vocabulaire riche et étoffé, des mots d’anciens Français, mais qui sont tout à fait accessibles.
Les descriptions sont limpides, il y en a suffisamment pour comprendre les tenants et aboutissants, les protagonistes et les lieux.
L’aventure et les rebondissements sont nombreux.
Les personnages attachants et profonds, ils ont chacun des failles qu’ils cherchent à combler
Jacques qui a abandonné sa famille veut retrouver leur amour, leur respect.
Il va devoir redorer son blason surtout s’il veut faire honneur à son père légendaire : Geoffroy de Charny (Wikipedia : Porte-oriflamme et conseiller des rois de France Philippe VI et Jean II, il est considéré par ses contemporains comme l’un des meilleurs chevaliers de son temps.)
Charles, tout jeune roi, a à peine connu ses parents, il ne sait ce que c’est d’être aimé, il n’a autour de lui que ses 2 oncles Philippe de Bourgogne et Jean de Berry qui cherchent avant tout à manipuler leur neveu pour leur propre richesse.
Arnaud et Miles quant à eux sont 2 amis fidèles de Jacques, grâce il y a beaucoup d’humour. L’un aurait aimé faire des études, l’autre est un épicuriste.
J’ai été fortement attachée à bureau de La Rivière, chambellan du roi, il joue le rôle de « grand-père » de ce jeune garçon qui se retrouve avec une guerre sur les épaules.
La guerre des Flandres menée par d’Artevelde (mieux connue sous le nom de bataille de Roosebecke).
Ce jeune roi qui en assez de la paperasserie, des impôts, des charges qui lui incombe, des représentations, il n’a aucun ami, juste des gens qui l’entourent par profit.
Une amitié et un profond respect l’attachent à Jacques depuis de son séjour au départ, incognito, chez la famille de Charny.
Il rêve lui aussi de voyages, de chevaliers, de prouver sa valeur comme soldat, de se battre à l’égal de ses hommes à l’étendard de La France.
Jacques trouvera en lui un précieux soutien et Charles inversement. Jacques est loyal, ses amis le sont tout autant et le suivront où qu’il aille.
Ces trois-là m’ont un peu fait penser aux trois mousquetaires.
Liés dans les bons et mauvais moments et pas les derniers quand il s’agit de festoyer, blaguer ou se battre.
Les femmes sont présentes, mais je m’y suis moins attachée sauf à l’épouse de Bureau qui, pourtant, n’apparaît que peu dans le roman et à Hélène, la sœur d’Arnaut.
Des personnages auxquels on s’attache très vite.
Tous les protagonistes rencontrés ont un rôle à jouer et sont bien décrits : le prieur Anselme, Pierre d’Arcis ou de Vilaines, les serviteurs et les bonnes, dame d’atour comme Florentine.
Si les personnages sont bien typés il en de même pour les descriptions des paysages de La France de l’époque de la région de l’Aube avec Lirey, de la Champagne avec Troyes ou Paris.
Les constructions, ponts, églises de l’époque se dressent devant vos yeux.
Si c’est une fiction, Laurent Decaux s’appuie sur des faits réels, on sent le travail de recherche effectué, les valeurs qu’il a voulu mettre en avant.
À la fin du livre, l’auteur vous donne les références des documents sur lesquels il s’est appuyé pour écrire son roman, les libertés qu’il a prises pour qu’elles soient cohérentes avec son histoire.
Les valeurs mises en avant sont celles de l’amitié, de l’honneur, du devoir et de la famille.
L’amitié à l’image des 3 compères Jacques, Miles et Arnaud, toujours là l’un pour l’autre.
La famille avec le retour du fils prodige qui veut tout faire pour sauver l’honneur de sa famille et qui s’en veut d’être parti aussi longtemps loin des siens.
L’honneur et le devoir avec Charles, cet adolescent roi, esseulé, au milieu de tous ces adultes, mais qui finira par prouver sa valeur et n’oubliera pas les aides reçues et Jacques qui a maintenant la charge du domaine de Lirey, qu’il doit protéger contre ses ennemis.
Un rythme soutenu, une écriture fluide, des rebondissements, des complots, des guerres, de l’humour et de l’amour, des valeurs nobles, rires et émotions, tout est réuni pour vous faire aimer cette période de l’histoire.
Une fluidité tout au long des 412 pages que j’ai lues beaucoup trop rapidement à mon goût.
À lire, pour tous les amateurs d’histoire, même ceux qui ne lisent pas du tout de roman sur cette période, c’est intéressant, c’est enrichissant au point de vue historique, on se rappelle de certaines choses, l’on en apprend d’autres.
Une fin adéquate ni trop facile ni imprécise.
Un sans faute pour ce premier roman de l’auteur. Il n’en fait ni trop ni pas assez même si j’aurais aimé avoir une suite, car j’ai eu du mal de quitter les protagonistes.
 Le seigneur de Charny de Laurent Decaux – roman historique – Moyen-Âge – Aventures – 418 pages, 19.90€ – Éditions XO – En librairie le 7 septembre 2017
0