Quels mots sur vais-je bien pouvoir dire ce magnifique roman ?
Je n’ai jamais autant ri et pleuré à la lecture d’un roman et parfois les 2 en même temps.
J’ai les yeux rouges, mais le smile.
J’ai envie de serrer l’auteure dans mes bras pour la remercier d’avoir écrit un récit qui parle si bien de nous les mamans, qui nous rappelle qu’avant d’être maman on a été fille, on est aussi et surtout femme, que vouloir être parfaite c’est bien, mais qu’on passe à côté de beaux moments, que vouloir tout contrôler ce n’est pas mal comme concept pour ne pas souffrir, mais que lâcher prise c’est très bien, c’est très très bien même.
Elle nous rappelle que nos mamans, nos grand-mères ont été elles aussi filles et femmes.
Que de souvenirs sont remontés à la surface à la lecture de ce livre. Un livre qui m’a fait réfléchir sur ma vie.
L’histoire pourrait apparaître comme déjà maintes fois exploitées, dans un sens c’est vrai, l’histoire d’une séparation, mais c’est bien plus profond que cela.
Ben quitte Pauline.
Pauline ne peut l’accepter, elle l’aime, c’est son âme sœur.
Autour de Pauline il y a sa famille, ses parents, son frère, sa sœur, ses grand-mères et son fils bien sûr Jules.
Pauline décide d’écrire un souvenir par jour de leur couple à Ben jusqu’à la fin des vacances, toute la famille de Pauline s’est réunie dans une villa à Arcachon.
À son tour Ben lui aussi lui écrit des souvenirs.
La lecture suit les vacances de la famille et fait connaissance de tout ce petit monde.
C’est le second thème de ce roman, la famille que l’on croit si bien connaître et qu’on finit par (re) découvrir.
Des êtres humains tout simplement avec leurs failles, leurs caractères, les critiques ou regrets que l’on tait pour ne pas blesser et qui font pire que mieux.
Les échanges de Pauline avec Jules sont fabuleux, l’insouciance de l’enfance, les peurs de la maman.
Tout comme les échanges entre Pauline et sa mère qui m’ont vraiment, mais vraiment émue.
Un autre personnage bien atypique que j’ai adoré c’est Colombe, une des 2 grand-mères.
J’ai aimé en fait chacun des protagonistes de ce roman.
Chacun avec leur caractère bien développé, chacun incroyablement vrai.
Si l’émotion est au rendez-vous l’espoir est ce qui ressort de ce livre, le titre prend vraiment tout son sens à la fin du livre.
Ce qui pourrait passer pour une lecture légère pour l’été est en fait une lecture bien plus profonde que cela, les thèmes abordés avec énormément de justesse et de pudeur sont puissants.
Virginie Grimaldi vous narre en simplicité ce qu’est la vie dans toute sa complexité tout en jouant sur les mots, en apportant beaucoup d’humour, mais aussi énormément d’amour.
J’ai lu le livre d’une femme qui s’adresse à toutes les femmes, à toutes les mères.
Le rythme du récit est haletant on ne peut s’empêcher de tourner les pages, les chapitres courts et les lettres de Pauline à Ben enlèvent toute monotonie, les dialogues succulents, qui m’ont soit fait exploser de rire ou verser les larmes y sont pour beaucoup dans l’attachement que j’ai pour ce roman.
Ce n’est pas donné à tout le monde de raconter la vie avec ses hauts et ses bas, avec justesse, humour et émotion, parfois le tout sur une même page sans jamais tomber dans la surenchère.
Je découvre l’écriture de Virginie Grimaldi avec ce roman je vais m’empresser d’aller chercher ses 2 autres livres.
Si j’avais su que c’était une telle pépite il y aurait longtemps que je l’aurais lu !
L’auteure a trouvé le chemin de mon cœur ce n’est pas donné a beaucoup de monde.
Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi – Roman contemporain – littérature française – 464 pages, 19€ – Edition Fayard, le 3 mai 2017
0