J’ai reçu Hôtel des muses il y a 2 semaines, il n’attendait que moi pour être lu, Laure a encore plus titillé ma curiosité en me disant qu’il fallait que je le lise, elle a eu raison, elle me connaît bien, car ce livre a été une magnifique lecture.

Quand j’ai lu dans les remerciements de l’auteure que sa mère n’est autre que Sue Monk Kidd, une auteure dont je raffole on peut dire que le talent de l’écriture s’est transmis de mère en fille.
C’est ce qui m’a avant tout plu dans ce livre : l’écriture.
L’auteure a cette capacité, à faire des océans différents rencontrés lors de la lecture, des êtres à part entière, je me suis laissé bercer par les vagues et ce monde marin si fascinant.

Maeve notre héroïne est biologiste marine et spécialiste des requins, elle parcourt le monde pour les étudier.
Les requins je ne voyais ça que comme des « bêtes » dangereuses, depuis ma lecture je me suis rendu compte de leur habitat, leurs habitudes et j’ai été très choquée de lire les millions de requins abattus lâchement, ignoblement pour leurs ailerons réputés délicieux, vous ne me verrez jamais essayer ce plat.
Au-delà de l’intrigue l’auteure nous narre avec justesse et sans insister sur la préservation de la faune marine, que cela soit les requins, les tortues ou les crabes. Tellement d’animaux en voie d’extinction par la bêtise de l’homme.
Concernant l’intrigue nous suivons donc Maeve qui revient de sa mission à Birmini à l’hôtel de la plage, un Hôtel de Floride au bord du Golf du Mexique tenu par son extravagante grand-mère Perri, grande passionnée de littérature chaque chambre porte le nom d’un écrivain ainsi qu’une de ses citations (point positif de plus qui ne m’a fait aimer le roman encore davantage). Maeve ne s’est jamais remise de sa rupture avec Daniel, il la hante depuis 9 ans, à son retour elle n’a d’autre choix que de l’affronter puisqu’il est devenu le chef de cuisine de l’hôtel.
Maeve est confrontée à son passé et à ses blessures jamais cicatrisées.
J’ai adoré Maeve, une jeune femme indépendante, qui sait ce qu’elle veut et que rien ni personne ne peut empêcher de réaliser ses rêves.
Daniel est le personnage que j’ai le moins apprécié, je l’ai trouvé fort centré sur sa personne par contre sa fille Hazel, cette gamine de 6 ans m’a fait fondre.
Une petite blondinette haute comme trois pommes qui mène son petit monde à la baguette.
Il y a aussi Robin, le frère jumeau de Maeve, un personnage très intéressant, si Maeve est  forte et indépendante Robin est tout le contraire.
J’ai aimé Marco et Nicholas, qui, même si on ne les voit que très peu, m’ont de suite charmée.
L’auteure nous tient en haleine jusqu’au bout, il y a plusieurs rebondissements auxquels je ne m’attendais pas, le final est beau, j’ai trouvé la conclusion parfaite.
Une nouvelle auteure à suivre de près.
J’ai adoré l’écriture, les descriptions des lieux qui m’ont transportée, je me suis laissé bercer par les vagues, les cris des mouettes, j’ai senti le sable crisser sous mes pieds, entendu le vent souffler dans mes cheveux.

 

Des personnages forts dans l’ensemble et un univers maritime que j’ai vraiment adoré.
Hôtel des Muses de Ann Kidd Taylor – Édition Calmann-Levy – roman contemporain, romance, littérature étrangère -396 pages, 20,90€ – Paru le 17 mai 2017 –
0