Je ne savais pas en commençant ce livre que c’était une autobiographie, comme d’habitude je n’ai pas lu la 4e de couverture en le commençant.
C’est un roman qui m’a beaucoup touché, un homme, Pierre Souchon, journaliste vous raconte sa bipolarité.
Le début du roman commence sur une crise, l’homme voit le mal partout et se réfugie sur une statue.
De là, c’est l’internement.
Il nous raconte avec force, lucidité, parfois avec humour, mais aussi sans mâcher ses mots ce qu’il vit depuis son adolescence.
Il dénonce la médecine à 2 vitesses, la société actuelle tellement individualiste, qui condamne sans chercher à d’abord comprendre l’autre.
Les crises maniaco-dépressives qui lui sont arrivées, la façon dont il a été soigné ou pas soigné du tout.
On lit les dialogues avec son père, dialogues pleins d’amour entre les 2 hommes, il raconte la campagne, son Ardèche natale et les difficultés des exploitants aujourd’hui.
Il raconte les autres malades qu’ils croisent, le regard que porte la société sur ces gens, sur lui.
Les erreurs de diagnostic ou les médecins qui soignent en ayant perdu leur humanité, car c’est ce qu’il réclame lui, de l’humanité, pour lui, pour tous.
Avec beaucoup de force et de courage il se met totalement à nu vous narrant sa dernière descente aux enfers et tout ce qu’il a perdu, son travail, son épouse Garance qu’il aime tellement.
Les traitements qu’il prend et qui lui font perdre ou oublier ce qu’il a pu faire la veille.
Un très beau témoignage à lire, durs à certains moments, on souffre avec cet homme brillant qui a tellement à dire, mais qu’on écoute plus forcément.
On veut aller jusqu’au bout du livre pour comprendre, pour le comprendre, pour les comprendre.
Je ne peux vous en dire plus si ce n’est que dans ce livre vous lirez bien sûr ce que c’est qu’être bipolaire, mais aussi les hôpitaux psychiatriques, ce que c’est d’être rejeté par la société, les différentes phases, les autres malades aussi, tous très touchants.
Beaucoup d’humanité ressort de ce roman.
Encore vivant car oui je pense qu’il aurait pu mourir plus d’une fois, encore vivant car oui il a toujours droits à la parole, ils ont toujours droit à la parole, c’est ce que moi j’en déduis à la fin de ma lecture.
Un avis plus court mais je peux difficilement vous en dire plus.
Encore vivant de Pierre Souchon – Autobiographie – Rentrée littéraire – 256 pages, 19.80€ – Édition Du Rouergue – Parution le 16 août 2017
0